Arnaud Montebourg fait grand bruit avec sa remontada dans le Tarn !

Le candidat à la présidentielle était en déplacement ce jeudi 4 novembre 2021 à Tarn. Arnaud Montebourg est allé apporter son soutien à Regain, une entreprise de production de pulls et d’uniformes militaires dont le partenariat avec l’armée a été rompu au profit d’entreprises étrangères.

Le candidat à la présidentielle était en déplacement ce jeudi 4 novembre 2021 à Tarn. Arnaud Montebourg est allé apporter son soutien à Regain, une entreprise de production de pulls et d’uniformes militaires dont le partenariat avec l’armée a été rompu au profit d’entreprises étrangères. Depuis que les médias se sont emparés de ce dossier, la polémique est montée d’un cran et la visite d’Arnaud Montebourg n’a absolument arrangé. Le candidat de la gauche s’offusque et attaque l’armée française.

Du « made in Tarn » au « made in China » pour les pulls militaires ?

Les pulls des militaires français seraient-ils importés de la Chine ? De toute évidence, les uniformes ne sont plus fabriqués par Regain. Pourtant, cette entreprise basée à Tarn a bien fait ses preuves dans le domaine depuis 1973. Elle est bien réputée dans la fabrication des vêtements de sécurité pour les clients de marques tels que la marine nationale et les sapeurs-pompiers. Cependant, elle n’a plus ce privilège depuis peu. Le contrat lui a été retiré et attribué aux entreprises étrangères.

Pour Arnaud Montebourg, la France fait le choix d’une fabrication chinoise au détriment des emplois français. Une erreur qu’il faut corriger urgemment. « Cette manufacture a perdu un contrat de l’armée de 500 000 pulls. Je suis venu pour apporter mon soutien et demander réparation à cette atteinte au développement de nos entreprises et au patriotisme », s’explique ainsi le chantre de « made in France ».

Arnaud Montebourg demande au ministre de l’Économie et des Finances de « mettre la manufacture Regain sans tarder en catalogue de l’union des groupements d’achat public. (…) Il n’est pas acceptable que les collectivités locales, ceux qui achètent pour les pompiers n’aient pas la possibilité de diriger leur achat vers une entreprise française », propose le candidat de gauche.

Le ministère des armées dément

Sur son compte tweeter, le porte-parole des armées dément toute importation de vêtements militaires de la Chine. « Un contrat de fourniture de pulls pour l’armée française a été conclu avec deux entreprises françaises en septembre 2020 : Saint James et Léo Minor. La confection est faite soit en France soit au Maroc ou en Tunisie. Les matières premières sont européennes », explique Herve Grandjean.

Selon lui, il n’y a aucune violation des règles dans tout le processus. « La compétition pour ce marché public a été menée conformément au code de la commande publique, sur des critères de qualité, de prix, en intégrant des dispositions de responsabilité sociale. Le marché a été construit pour permettre aux PME de se porter candidates », a-t-il écrit.

Herve Grandjean reconnait que la manufacture de Tarn n’a pas obtenu cet appel d’offre, remporté par Saint James et Léo Minor. « Néanmoins, le ministère des Armées a notifié à Regain, au titre de mesures de relance, un contrat de 500 000 € pour la fourniture de 15 000 chandails », a-t-il souligné. « Nous finançons également Regain pour une expérimentation sur des sous-vêtements techniques innovants. C’est une entreprise importante pour nous, et nous lui prouvons », ajoute-t-il.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis