Automne Hiver 2021-2022 : Retrouvez des apéros vintages qui font à nouveau frémir les bars !

Un retour à la source ou un retour aux anciens gouts apéritifs ! C’est un bon rétropédalage qui s’annonce dans les bars pour l’automne hiver 2021-2022

Un retour à la source ou un retour aux anciens gouts apéritifs ! C’est un bon rétropédalage qui s’annonce dans les bars pour l’automne hiver 2021-2022. Ceci aux grands plaisirs des consommateurs d’alcools séparés pendant des décennies des tendances ancestrales que l’on disait avoir des vertus thérapeutiques, de par leurs compositions souvent à base de plantes naturelles.

Pour vous remonter comme à l’ancienne, faites un tour sur les étagères : Dubonnet, rhum crème, Byrrh, lillet et autres liqueurs vous y attends pour gérer au plaisir votre saison ! C’est un défi de reconquête des anciennes valeurs françaises en matière de saveur et de qualité qui se relance. Avec modération, l’alcool associé aux plantes vous aidera à bien gérer l’automne Hiver 2021-2022.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Stephane Foisy (@stephane.foisy.186)

Pourquoi ce retour triomphal de l’apérif à la française ?

La promotion des producteurs et des pépites négligées du patrimoine alcoolier de la nation française, un le défi que s’est donné Giovanni Allario, un Bar tender pas comme les autres. C’est de l’arrière du comptoir du syndicat que le chef barman est entrain de redonner à la France tout le prestige qu’on lui connaissait en matière des boissons en apérif.

Vous trouverez pour votre plaisir et pour cette saison l’ancien gout de l’apérif à la française. Vous désengorgez, et ouvrir les voies d’élimination sans aucun danger pour votre santé n’est plus un souci. Tout y est dans les bars ; le naturel joint à la santé alimentaire et à la saison : vous y êtes !

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Superproducteur (@superproducteur)

Que savoir sur l’historique de ces boissons

À une certaine époque où certaines maladies pouvaient être causées par l’eau, et d’autres infections comme le choléra et le paludisme par exemple, ce sont des boissons fabriquées à base de plantes, herbes, racines, écorces… qui étaient sollicitées pour assurer une certaine sécurité médicale comme des remontants.

On pouvait parler par exemple de l’antipaludéen de Joseph Dubonnet, une boisson fabriquée avec l’écorce de quinquina dans les années 1846, qui grâce à sa teneur en quinine soulageait les soldats dans les colonies contre des infections des moustiques. A valeur préventive et aussi curative dans le temps plusieurs autres boissons du même genre étaient consommées en apéritif jusqu’au XIX siècle.

Pourquoi ces boissons avaient disparu des étagères ?

C’est au début du XXe siècle avec l’évolution de la médecine et les nouvelles découvertes en matière de soins que les médecins ont commencé par émettre des doutes sur la qualité et les vertus de ces boissons qui pourtant jusqu’en 1936 faisaient la mode française même dans les autres pays.

On commence par assister progressivement à leur soustraction du marché puisque la plupart des français cessaient déjà de les donner en apéritif aux enfants. C’était le bon moment qu’attendaient les cocktails pour aller à la conquête de consommateurs ; les marques américaines étaient au premier rang durant pratiquement toute une génération. Avec ce retour, la nouvelle génération a déjà commencé par savourer l’ancien gout et tire déjà de bonnes conclusions après comparaison avec les gouts habituels.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis