Bilan du mandat d’Emmanuel Macron : Michel Barnier amer sur la gestion du président de la République !

Le candidat à la primaire de la droite, Michel Barnier était l’invité d’Europe 1 ce lundi 30 août. Ce fut l’occasion pour lui d’opiner sur la gouvernance du Président et de dresser un bilan sombre de son quinquennat.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Emmanuel Macron (@emmanuelmacron)

Une gestion arrogante et solitaire

Au micro d’Europe 1 ce 30 août, l’ancien ministre des affaires étrangères de Jacques Chirac et potentiel candidat de la droite s’en est pris indirectement à la gestion du Président Emmanuel Macron. Il a notamment fustigé la manière dont le Président de la République gère la crise du covid-19, mais aussi, et surtout la politique étrangère de la France sous son règne.

Pour celui qui a été négociateur en chef de l’Union Européenne pour le Brexit, le chef de l’état a fait preuve d’une « gestion parfois trop solitaire et qui manque d’humilité ».

Sans langue de bois, le diplomate de 70 ans, potentiel candidat de la droite a estimé qu’en Europe, « il ne faut pas être péremptoire, il ne faut pas donner des instructions, il faut respecter ».

Dans la même foulée, il revient à ce qui devait caractériser le règne du président pour la grandeur de la France. « La France ne doit pas être arrogante, il faut qu’elle soit professionnelle, déterminée, créative » a-t-il préconisé.

La personnalité politique Michel Barnier, visiblement non convaincu par la gestion du président de Macron, a estimé que la gestion du pays ne devrait pas être une affaire personnelle. En substance, il a affirmé au micro d’Europe 1 : « la gestion de ce pays devrait être moins solitaire, moins arrogante. Rien n’oblige sous la Ve République, le président (…) à agir seul, à parler seul ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Emmanuel Macron (@emmanuelmacron)

Le gouvernement a manqué de faire confiance aux différentes collectivités

Pour appuyer sa thèse selon laquelle le président Macron a fait preuve d’une gouvernance non participative, l’ancien négociateur a illustré la façon dont il a fait de la gestion de la crise sanitaire, une affaire personnelle.

À en croire ses propos, « le président et ses collaborateurs n’ont pas su faire confiance aux collectivités locales, aux régions, aux départements et aux communes qui ont pourtant fait preuve d’agilité, d’efficacité de souplesse ».

Michel Barnier a par ailleurs cité les mérites de Charles de Gaulle qui, à son avis, était exceptionnel et était un chef d’état qui gérait le pays de façon moins solitaire. « Les ministres étaient solides, soutenus et durables », a-t-il laissé entendre avec forte admiration.

Décidé désormais à inverser cette courbe, le candidat à la primaire de la droite souhaite en effet, « remettre du respect » dans la vie politique française. C’est justement dans cette perspective qu’il mettra en avant, durant sa campagne pour les présidentielles de 2021, ses idées pour la France.

Il assure également de ne pas végéter dans une contestation perpétuelle, car pour lui, « Les Français qui nous écoutent ont envie de voter pour un projet ».

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis