Congrès LR : que valent les candidats à quelques semaines de l’investiture ?

Avec l’approche du congrès du 4 décembre devant désigner le champion de la droite pour l’élection présidentielle de 2022, les candidats entrent dans la dernière ligne droite de la campagne interne. Un dynamisme de dernière minute qui risque de brouiller les cartes du jeu.

Avec l’approche du congrès du 4 décembre devant désigner le champion de la droite pour l’élection présidentielle de 2022, les candidats entrent dans la dernière ligne droite de la campagne interne. Un dynamisme de dernière minute qui risque de brouiller les cartes du jeu. Qui de Xavier Bertrand, de Michel Barnier, de Valérie Pécresse, d’Éric Ciotti ou de Philippe Juvin l’emportera ? En attendant la décision des 149 000 sympathisants Républicains, revisitons le profil de chaque candidat.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Pécresse 2022 (@pecresse2022)

Xavier Bertrand

Après avoir divorcé de LR en 2016 à la suite de sa victoire aux régionales de 2015 en Nord-Pas-de-Calais, le président des Hauts-de-France tente cette fois d’aller jusqu’au bout. L’élu de 56 ans a finalement décidé de passer par la primaire, bien qu’il ait martelé à plusieurs reprises que « ma primaire sera le scrutin régional des Hauts-de-France », région où il a été réélu en 2021 avec 52 %. Pour autant, il n’était « pas question de faire sans les partis politiques », raisonnement de logistiques et de finances.

Au nombre des valeurs qu’il défend, la mise en place de référendums nationaux et locaux, l’accélération de la décentralisation, le remplacement des conseillers départementaux et régionaux par un conseiller territorial unique, ramener la majorité pénale à 15 ans ou encore rétablir les courtes peines de prison.

Valérie Pécresse

La présidente de la région de l’Île-de-France a déclaré sa candidature à la primaire le 22 juillet 2021, dans les colonnes du Figaro. « Je suis prête à être la première femme présidente de la République », avait-elle lancé. « Une candidature pour restaurer la fierté française » mais aussi « rompre avec dix ans de mauvais choix, de demi-mesures, d’indécisions et, en fin de compte, l’affaissement de notre pays ».

Dans son programme politique, Valérie Pécresse suggère une augmentation progressive des salaires nets durant le quinquennat pour arriver à une hausse globale de 10 % nets via notamment une baisse des cotisations, une pension de retraite « digne, au moins égale au SMIC ».

Michel Barnier

À 70 ans, et après avoir été à plusieurs reprises ministre de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, député français et européen, sénateur et même commissaire européen, Michel Barnier vise l’Élysée. Avec des propositions qui détonnent, le Savoyard et négociateur du Brexit veut « retrouver notre souveraineté juridique », pointant notamment du doigt la Cour de justice européenne. Il souhaite un moratoire sur l’immigration « de trois à cinq ans » et propose l’instauration d’une taxe carbone « aux frontières de l’Union européenne, immédiatement applicable à l’ensemble des produits importés ».

Éric Ciotti

Le député des Alpes-Maritimes entend mener « un sursaut pour que la France reste la France ». C’est pourquoi Éric Ciotti a annoncé sa candidature à la primaire LR le 26 août, à l’avant-veille de sa rentrée politique dans son fief des Alpes-Maritimes. L’élu de 55 ans se lance pour la première fois dans la course à la primaire. L’ancien président du conseil général souhaite alléger l’impôt sur le revenu, miser sur le nucléaire, inscrire « nos origines chrétiennes » dans la Constitution, abolir le droit du sol pour le remplacer par le droit du sang ou encore interdire le voile pour les mineurs.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Philippe Juvin (@philippe.juvin)

Philippe Juvin

Le chef des urgences de l’hôpital Georges-Pompidou à Paris et maire de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine) s’est déclaré candidat le 26 juillet 2021 pour une raison : « parce que la crise nous oblige à tout changer. Il faut penser avec des méthodes, des visages et des parcours nouveaux ».

À 57 ans, le chef de la section départementale des Républicains déroule son programme autour de trois grandes lignes : « une baisse d’impôts massive, un plan d’égalité des territoires et le transfert de nouveaux pouvoirs aux collectivités locales, notamment en matière de santé et de sécurité ».

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis