Covid-19 : est-il possible d’échapper à la cinquième vague en France ?

L’Hexagone vient de passer vendredi dernier, le cap de 50 millions de primo-vaccinés, malgré le ralentissement de la campagne vaccinale. Et d’après les chiffres de Santé publique France, la pandémie recule petit à petit. Le pic de la quatrième vague semble donc être derrière nous.

L’Hexagone vient de passer vendredi dernier, le cap de 50 millions de primo-vaccinés, malgré le ralentissement de la campagne vaccinale. Et d’après les chiffres de Santé publique France, la pandémie recule petit à petit. Le pic de la quatrième vague semble donc être derrière nous. Cependant, pour certains spécialistes, tout est loin d’être terminé. Ils mettent ainsi en garde contre la possibilité d’une reprise épidémique en automne ou en hiver.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Lucas Barioulet (@lucasbarioulet)

La forte possibilité d’une cinquième vague durant la période automnale hivernale

Les données s’améliorent depuis quelques semaines. Le nombre des cas de contaminations ainsi que les hospitalisations sont en dessous des 10 000 par jour. Environ 32 départements sont en dessous des 50 cas pour 100 000 habitants. Le gouvernement envisage même une levée progressive des restrictions et du pass sanitaire dans ces régions où le virus circule moins.

Mais pour Benjamin Davido, médecin infectiologue à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches, ce n’est pas le moment de se relâcher. « Il faut être lucide. On arrive sur la saison automnale et l’hiver, donc il y aura une cinquième vague. Ça paraît difficile d’y échapper » affirme-t-il. Pour lui, il faut des chiffres de vaccinations encore plus importants, car tant que l’immunité collective n’est pas acquise, tout peut arriver. Benjamin Davido est donc contre la levée des restrictions et surtout du pass sanitaire.

Une récente étude de l’Institut Pasteur, publiée ce 6 septembre 2021 a tiré les mêmes conclusions. Il y a un sérieux risque d’une cinquième vague, si rien n’est fait.

Les facteurs pouvant favoriser cette nouvelle vague

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette inquiétude de la part des spécialistes, sur la possibilité d’une nouvelle vague de contaminations.

Il y a tout d’abord le redouté contrecoup de la fin des vacances estivales et la reprise de la rentrée. Certains pays comme l’Allemagne, les États-Unis ou l’Écosse ont fait face à ce contrecoup avec une hausse des contaminations.

Ensuite, le ralentissement de la campagne de vaccination est un sérieux risque. Même si la barre des 50 millions de primo-vaccinés a été franchie, on n’est pas encore hors de danger. Avec le variant Delta, une seule dose reste insuffisante. Il faut donc des chiffres de vaccinations plus importants.

Enfin, il y a le sérieux danger de la grippe hivernale qui peut très bien compliquer les choses. Pour Benjamin Davido, « … l’an dernier on a été exempté de la grippe hivernale. Cette année, on ne sait pas (…)Donc, il y a encore beaucoup de choses à faire avant de lever les restrictions ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Antoine Cohen (@antoinecohen_)

Les mesures à prendre pour éviter une nouvelle flambée des cas

Selon l’étude de l’Institut Pasteur,  pour éviter une nouvelle vague de contamination, il faut que « 95 % des plus de 60 ans soient entièrement vaccinés, 90 % des 19-59 ans et 70 % des adolescents » ; des chiffres qui sont loin d’être atteints pour le moment. Pour le virologue Yannick Simonin, les gestes barrières comme le port du masque, le lavage des mains et le pass sanitaire devraient être encore maintenus.

Toutefois, pour le virologue, « l’étude de l’Institut Pasteur est une modélisation. Elle donne un scénario possible, mais il n’y a rien de sûr ».

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis