Covid-19 : l’Italie rend obligatoire le passe sanitaire pour tous les salariés du public et du privé !

Pendant que les Français s’indignent contre les mesures relatives au pass sanitaire, ailleurs, elles semblent plus corsées. Dans ce sens, le gouvernement italien a approuvé, jeudi, un décret qui oblige tous les salariés du secteur public et du secteur privé à présenter une preuve qui atteste d’une vaccination, d’un test négatif ou d’une guérison récente du covid-19.

Pendant que les Français s’indignent contre les mesures relatives au pass sanitaire, ailleurs, elles semblent plus corsées. Dans ce sens, le gouvernement italien a approuvé, jeudi, un décret qui oblige tous les salariés du secteur public et du secteur privé à présenter une preuve qui atteste d’une vaccination, d’un test négatif ou d’une guérison récente du covid-19.

A noter qu’aucun gouvernement n’avait encore pris une décision d’une telle envergure qui contraint tous les travailleurs de son pays à présenter le pass sanitaire pour avoir le droit d’exercice.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Ticinonews.ch (@ticinonews.ch)

Une mesure prévue pour entrer en vigueur dès le mois d’octobre

En Europe (et dans le monde), l’Italie devient le premier pays à rendre obligatoire le pass sanitaire à tous les salariés du pays. Le secteur public ainsi que celui privé en sont tous deux concernés. Ce projet inscrit sous l’appellation de « passeport vert »  pour lutter contre la propagation du coronavirus et ses conséquences a été présenté et adopté au conseil des ministres, le jeudi 16 septembre 2021.

Selon le communiqué du gouvernement, le décret ainsi pris devrait entrer en vigueur le 15 octobre 2021. Et il concernera tous les travailleurs du public ainsi que ceux du privé. En effet, le pass sanitaire en sa version italienne, prendra la forme d’un certificat numérique ou papier qui justifie que son détenteur a reçu au moins une dose de vaccin, a été testé négatif au coronavirus ou s’en est guéri très récemment.

A l’origine, le pass sanitaire a été mis en place afin de faciliter les déplacements entre les pays de l’Union européenne. Mais le gouvernement italien ayant à sa tête, Mario Draghi, a élargi son utilisation dans le but d’encourager chacun des citoyens italiens et notamment les salariés à se faire vacciner. L’Italie a été, à un moment donné, l’un des pays les plus touchés par les affres de la covid-19 en Europe.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Ticinonews.ch (@ticinonews.ch)

Des amendes et suspensions de salaire en vue contre les salariés sans passe sanitaire

A l’entrée en vigueur de ce décret dès ce 15 octobre, des mesures punitives à l’endroit des salariés récalcitrants l’accompagneront. En effet, les travailleurs qui ne présenteront pas de pass sanitaire se verront suspendus de leur poste, et ce, sans rémunération.

Cependant, d’une façon ou d’une autre, ils ne seront pas licenciés. Dans ce même contexte, les salariés qui se rendront à leur travail sans ce pass sanitaire auront affaire à une amende qui peut atteindre 1 000 euros.

Par ailleurs, selon les estimations officielles, l’Italie est le deuxième pays en Europe ayant enregistré le plus grand nombre de morts après la Grande-Bretagne. Le pays a notamment déploré plus de 130 000 décès depuis l’apparition de la pandémie du coronavirus. A l’édition de cette page, environ 68 % de la population italienne a déjà bénéficié d’une vaccination complète.

Pendant ce temps, la France a déjà franchi la symbolique barre des 50 millions de primovaccinés. Les mobilisations anti-pass sanitaire sont en constante baisse depuis quelques semaines. Samedi dernier, ils étaient 140 000 manifestants à se mettre dans les rues.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis