Emmanuel Macron a eu du mal à retenir ses larmes face à la dépouille de Hubert Germain, une fierté républicaine.

Le 11 novembre 2021, toute la France fait ses adieux au dernier des Compagnons de la Libération. Emmanuel Macron vesse quelques larmes en voyant la dépouille de Hubert Germain, le dernier des « chevaliers de la liberté » qui sont « les visages intemporels de la France » selon lui.

 Le 11 novembre 2021, toute la France fait ses adieux au dernier des Compagnons de la Libération. Emmanuel Macron vesse quelques larmes en voyant la dépouille de Hubert Germain, le dernier des « chevaliers de la liberté » qui sont « les visages intemporels de la France » selon lui.

 

« Le dernier compagnon n’est plus […] Mais ces 038 qui ont ajouté la France ne disparaît pas pour autant » a déclaré le chef de l’état Emmanuel Macron.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Emmanuel Macron (@emmanuelmacron)

Après son décès en octobre dernier, la dépouille d’Hubert Germain a rejoint l’arc de triomphe dans l’après-midi du 11 novembre 2021 pour un dernier hommage. « Serions-nous là sans Hubert Germain ? » à demander Emmanuel Macron en citant les noms de plusieurs des 1038 Compagnons de la Libération, « illustre et anonymes » qui suivirent le général de Gaulle dans cette aventure insensée » en 1940.

Pendant que le chœur entonna Le chant des partisans, Emmanuel Macron fond en larme. Dans son discours, le président a annoncé que l’ordre de libération crée depuis novembre 1940 « vivra », et ceci même après la disparition du dernier compagnon. «  Une source éternelle d’inspiration pour les enfants de France, toujours unis ». « La France vit, suivit, surmonte les épreuves des temps grâce à des femmes et à des hommes qui unit par un amour pour sa terre, ses idéaux et ses valeurs acceptent de risquer jusqu’à leur vie pour une cause plus grande qu’eux » à déclarer Emmanuel Macron. « La France est liberté, la France est transmission. Elle vit, survit et surmonte ses épreuves parce que de génération en génération, des femmes et des hommes se transmettent le flambeau de l’idéal ».

Pour faire son recueillement, Emmanuel Macron s’est rendu seul dans la crypte du mémorial de la France combattante où était exposé le cercueil du dernier Compagnon de la Libération. Il a par la suite posé une croix de Lorraine comme l’avait souhaité le défunt.

Patrick Germain, fils du résistant a confié à la fin de la cérémonie que « Mon père avait une grande admiration pour le président [Emmanuel Macron] et je crois que c’était réciproque ». Il poursuit en revenant sur les conditions de sa rencontre avec le président. « J’ai eu l’occasion de rencontrer le président lors des cérémonies aux Invalides et je savais les liens très profonds qui unissaient le président à mon père ».

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Emmanuel Macron (@emmanuelmacron)


            Qui était Hubert Germain ?

 

Charles de Gaulle avait en 1960 souhaité que le caveau numéro 9 de la crypte soit réservé au dernier des membres de l’ordre de la Libération. Ceci le jour de l’inauguration. Il avait pris cette décision « récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées dans l’œuvre de libération de la France et son empire ». Aujourd’hui, Hubert Germain y repose au milieu de 16 autres combattants de la Seconde Guerre mondiale.

C’est le même type de voiture qui avait transporté le général de Gaulle en 1970 qui a transporté le cercueil d’Hubert Germain.

 

 

Partagez votre avis