Emmanuel Macron pourra-t-il présenter son  bilan à l’international comme  une carte de campagne ? 

Étant confrontée à une multitude d’escalades diplomatiques  ces dernières semaines, la France est au-devant a dominé les débats au plan international. La crise des sous-marins avec l’Australie et les États-Unis, les tensions avec l’Algérie, le Royaume-Uni et le Mali, des crises qui surviennent à quelques mois de la présidentielle où le pouvoir d’achat et la flambée des prix de l’énergie sont les principales préoccupations des Français

Étant confrontée à une multitude d’escalades diplomatiques  ces dernières semaines, la France est au-devant a dominé les débats au plan international. La crise des sous-marins avec l’Australie et les États-Unis, les tensions avec l’Algérie, le Royaume-Uni et le Mali, des crises qui surviennent à quelques mois de la présidentielle où le pouvoir d’achat et la flambée des prix de l’énergie sont les principales préoccupations des Français. De passage à Rome où il a passé le week-end pour le G20 et à Glasgow ou il va assister à la COP26 ce lundi, cette séquence internationale pourra-t-il influer l’électorat d’Emmanuel Macron ?

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Emmanuel Macron (@emmanuelmacron)

« Ça fait président  quand les autres ne sont que candidats »

C’est une évidence que les affaires étrangères sont très rarement, sinon jamais, un thème convaincant de campagne présidentielle ;  et ça, Macron et ses collaborateurs ne l’ignorent point. C’est d’ailleurs l’avis de l’historien politique Jean Guarrigues, interrogé par 20 Minutes. « Non, ça n’a jamais été un sujet majeur. Même lors de la première élection au suffrage universel, en 1965 avec le général de Gaulle, alors que les questions de l’indépendance nationale et du non-alignement étaient des axes majeurs de sa politique », s’est-il souvenu.

De son conté, le président de la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, Jean-Louis Bourlanges, émet des réserves sur ce constat. Il fait notamment remarquer que les questions européennes peuvent être majeures. « Ça a été très important en 2017 dans la victoire d’Emmanuel Macron face à une Marine Le Pen dans l’incapacité d’assumer une sortie de l’euro, et donc de l’Europe », a-t-il expliqué. Mais cela n’a-t-il pas été davantage perçu, à l’époque, comme une question économique ?

En effet, pour un président sortant en quête d’électorat, les relations internationales représentent un enjeu de taille. « Ça fait président  quand les autres ne sont que candidats »,  a analysé Jean Garrigues. « Cela vous place au-dessus de la mêlée, vous donne un élément de crédibilité, de légitimation », a-t-il poursuivi.

Historiquement, François Mitterrand, en quête d’un second septennat avait misé là-dessus. En son temps, au bout d’une chronologie marquée par l’Histoire de France depuis la Révolution, le tout premier président socialiste de Ve République apparaissait au milieu de conférences internationales, accompagné de Reagan, Tchatcher.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Emmanuel Macron (@emmanuelmacron)

Les crises instrumentalisées de plein gré à des fins électorales ?

Il y a, en ce qui concerne les relations internationales, l’évidence du rayonnement de la France. « Cela rend fier les Français d’avoir un président qui pèse », analyse Isabelle Rauch, la vice-présidente LREM de la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale. Les nombreuses crises diplomatiques de fin de mandat qui ont constitué l’une des préoccupations majeures de l’Élysée ont donné la possibilité à Emmanuel Macron de réaliser l’atlas de ce type de portrait présidentiel.

Peut-être, a-t-il enflammé les crises au point d’en faire un thème de campagne ? Jean-Louis Bourlanges ne doute aucunement de la sincérité du président.

« Je crois qu’Emmanuel Macron est fondamentalement soucieux de jouer un rôle international. Il veut que la France prenne la direction d’un certain nombre de combats : contre le réchauffement climatique, pour la montée en puissance de l’Europe unie… Je crois que ça n’est pas un calcul lié au calendrier électoral, même si ses initiatives contribuent à ciseler une image qui n’est pas sans incidence politique», a-t-il expliqué.

 

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis