Jean Paul Belmondo, homme d’art et de cinéma, découvrez l’histoire originale de cet acteur qui a marqué le Cinéma français !

L’un des derniers géants du cinéma français a rejoint l’au-delà. C’est la triste nouvelle qui secoue la France entière depuis hier 06 septembre 2021. Décédé à son domicile, Jean Paul Belmondo aura été pour la cinématographie et le théâtre français l’icône de plusieurs générations successives.

Un succès qu’il doit à sa riche carrière d’acteur entamée dans les années 1950 et achevée en 2015. Aujourd’hui, alors que la désolation s’empare de sa famille, ses collègues, ses amis et ses fans, il est plutôt préférable de retenir de lui le grand ambassadeur de la culture française qu’il était. L’occasion donc de revenir sur le parcours inspirant de cet homme qui a conquis le cœur de millions de personnes.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @jeanpaulbelmondo_

Un rendez-vous fortuit avec le théâtre

Finir acteur et comédien, Jean Paul Belmondo lui-même n’envisageait pas cette possibilité dans son enfance. Pourtant, celui qui est né en 1933 à Neuilly-sur-Seine est issu d’une famille d’artistes. Avec un père sculpteur et une mère artiste peintre, c’est peut-être de là que lui vient l’esprit de créativité dont il a toujours fait preuve.

Mais dès son jeune âge, il était plutôt tourné vers d’autres passions. Peu studieux à l’école, les disciplines sportives furent son premier terrain d’expression. C’est ainsi qu’il pratiqua le cyclisme, le football et même la boxe.

Mais à l’âge de 16 ans, après avoir survécu à une infection de la tuberculose qui aurait pu lui coûter la vie, il décide de s’orienter vers le monde du théâtre. Le jeune Jean Paul commence donc à suivre des cours et après un parcours jonché de revers, réussit à décrocher la reconnaissance de ses pairs dans la profession.

Des débuts moyens au cinéma à l’arrivée au sommet de la gloire

Ses débuts au cinéma furent un peu à l’image de ses premiers pas sur les planches. La renommée tarde à lui tendre les bras alors que son talent était un peu plus évident.

Son premier film « Les copains du dimanche » sorti en 1957 fut un échec total, une déception qui aura marqué le jeune acteur âgé de 24 ans à l’époque. Les autres productions qui suivirent aussi ne lui permirent pas d’accéder à la notoriété qu’il était tant impatient d’avoir.

Un rêve qui ne devint réalité qu’à partir de 1960 avec le film « À bout de souffle » dans lequel il réussit à se faire enfin remarquer. À la fin de cette décennie prolifique pour l’acteur, il s’imposa comme l’une des références du cinéma français. Un titre qu’il aura porté depuis lors jusqu’à sa retraite définitive dans les années 2010.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @jeanpaulbelmondo_

Jean Paul Belmondo, un homme qui restera dans les mémoires

Celui que le président Emmanuel Macron a qualifié de « Le Magnifique » après l’annonce de son décès ne disparaîtra pas de si tôt dans le cœur de ses admirateurs. Icône de près de trois générations, il aura réussi à égayer et à émouvoir de par son jeu d’acteur divertissant. Son nom restera à jamais attaché à la France, pays auquel il a apporté tant de triomphes bien au-delà de ses frontières.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis