Justice : après sa condamnation à un an de prison ferme dans l’affaire Bygmalion, Nicolas Sarkozy menacé dans d’autres dossiers !

Nicolas Sarkozy a été condamné à nouveau par la justice française. L’ancien président de la République est reconnu coupable dans l’affaire Bygmalion.

Nicolas Sarkozy a été condamné à nouveau par la justice française. L’ancien président de la République est reconnu coupable dans l’affaire Bygmalion. Un dossier dans lequel on lui reproche d’avoir dépassé le plafond des dépenses exigées lors de sa campagne en 2012. Il écope d’une peine d’un an de prison ferme. Cependant, cette affaire n’est qu’une parmi tant d’autres. L’ancien président doit encore se défendre dans plusieurs autres dossiers.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Nicolas Sarkozy (@nicolassarkozy)

Une peine supérieure à la réquisition du parquet

Après sa condamnation en mars 2021 dans l’affaire dite « des écoutes », Nicolas Sarkozy se voit une fois encore infliger une nouvelle peine dans un autre dossier. Pour cette fois-ci, il s’agit de l’affaire Bygmalion.

L’ancien ministre d’État de l’Intérieur écope d’un an d’emprisonnement ferme. Une peine qui va au-delà d’un an de prison, dont six mois avec sursis demandé par le parquet. Dans ce dossier, l’ancien président de l’UMP est accusé d’avoir financé illégalement sa campagne présidentielle en 2021. Il aurait dépassé la limite des fonds de compagne lors de la présidentielle de 2012.

L’ancien président avait plaidé non coupable. Il avait affirmé n’avoir pas été au courant d’un dépassement des fonds de sa campagne en 2012. « Il n’a signé aucun devis, il n’a signé aucune facture, il a accepté toutes les restrictions qu’on lui a demandées. Il est loin d’être un candidat hystérique, insatiable », avait déclaré son avocate Me Gesche Le Fur. Une affirmation balayée de revers par le tribunal correctionnel.

Selon Caroline Viguier, présidente de 11e chambre correctionnelle, Nicolas Sarkozy « a poursuivi l’organisation de meetings après avoir été averti par écrit du risque de dépassement du plafond légal ». « Ce n’était pas sa première campagne, il avait une expérience de candidat », rappelle la magistrate. L’ancien président aurait dépensé 42,8 millions d’euros alors que la loi ne prévoyait de 20 millions d’euros.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Nicolas Sarkozy (@nicolassarkozy)

Le point sur les autres dossiers judiciaires de Nicolas Sarkozy

Condamné en première instance dans l’affaire Bygmalion, l’accusé annonce qu’il va se pouvoir en appel. Cependant, cette affaire n’est que le quatrième jugement de plus d’une dizaine de dossiers judiciaires dans lesquels le nom de l’ancien président est cité. Il essuie ainsi deux condamnations et s’en sort avec deux non-lieux. L’ancien ministre d’État est encore attendu sur plusieurs autres dossiers.

D’abord, il va devoir se défendre dans l’affaire Karachi en tant qu’un témoin assisté. Alors qu’il avait bénéficié d’un non-lieu en août 2016, il voit ce jugement annulé en 2018 à la suite de l’ouverture d’une autre enquête sur cette affaire. L’ancien ministre de l’Économie et des Finances est mis en examen dans le dossier de financement libyen en 2007. On lui reproche d’avoir bénéficié du soutien financier de l’ancien guide libyen Al-Mouammar Kadhafi dans le cadre de sa campagne en 2007.

Dans l’affaire russe Reso-Garantia, l’ancien président reste sous enquête parlementaire. Il existe certaines affaires dans lesquelles l’ancien président n’est pas encore inquiété. Toutefois, les enquêtes peuvent éventuellement changer son statut. Il s’agit par exemple de Kazakhgate, de l’affaire des Voyages en jet ou encore dans le dossier des Billets de 500 euros.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis