La droite française manifeste son indignation face au retour au Mali de l’ancienne otage Sophie Pétronin !

Arrivée sur le tarmac de l’aéroport de Vilacoublay, après quatre ans de détention en tant qu’otage, la travailleuse humanitaire Sophie Petronin avait clairement signifié qu’elle retournerait au Mali. Un engagement qu’elle a tenu à respecter, puisque depuis sept mois, elle serait retournée à Bamako.

Arrivée sur le tarmac de l’aéroport de Vilacoublay, après quatre ans de détention en tant qu’otage, la travailleuse humanitaire Sophie Petronin avait clairement signifié qu’elle retournerait au Mali. Un engagement qu’elle a tenu à respecter, puisque depuis sept mois, elle serait retournée à Bamako. Confirmé il y a quelques jours par le porte-parole du Gouvernement, M. Gabriel Attal qui dénonce une irresponsabilité, plusieurs figures politiques, notamment de la droite, ont fustigé le retour de la septuagénaire.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Gabriel Attal (@gabrielattal)

Une cascade de réactions à la droite

Ce retour de Mme Petronin avant qu’il ne soit confirmé par le gouvernement a suscité de vives réactions au sein de la classe politique, notamment à droite de l’échiquier politique. Nicolas Dupont-Aignan, candidat à la prochaine élection présidentielle, a fustigé ce mercredi un comportement « indécent ».

« C’est un sacrilège vis-à-vis de nos soldats, de la France. Nos soldats meurent au Mali, on libère leurs assassins, leurs ennemis pour la sauver, et elle y repart ? Elle est complètement dingue et c’est même indécent compte tenu des efforts de la France. On ne peut pas demander à la France de payer si cher la libération de quelqu’un qui repart à l’endroit où elle a été prisonnière, elle est consentante », a-t-il déclaré sur CNews.

D’autres réactions indignées ont suivi, la plupart publiées sur Twitter. C’est l’exemple de Marine Le Pen, également candidate à la présidentielle, qui a souligné que la libération de la septuagénaire avait objet d’échanges avec des djihadistes ; et des « ennemis de la France ont pu reprendre les armes contre nos soldats qui exposent leur vie pour notre sécurité ».

« Ce comportement n’est pas seulement irresponsable et ingrat, il est indécent et indigne », a ajouté la finaliste de 2017.

De son côté, l’eurodéputé Gilbert Collard a exprimé son attitude raide. « Qu’elle se démerde ! », a-t-il lancé, rappelant lui aussi le prix payé par la France pour sa libération.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Nicolas Dupont-Aignan (@dupontaignan)

Le gouvernement fustige et promet de l’action

Toujours dans la foulée des réactions, le député européen Thierry Mariani, le retour de Sophie Pétronin au Mali est « totalement irresponsable et d’un égoïsme indécent ». « 200 djihadistes avaient été remis en liberté… des djihadistes qui ainsi ont pu reprendre les armes contre nos propres soldats », a-t-il rappelé.

Finalement, le président par intérim du Rassemblement national, Jordan Bardella, s’en est moqué : « Irresponsable, surtout lorsqu’on sait que nos soldats ont mis leur vie en jeu pour la retrouver… le syndrome de Stockholm n’excuse pas tout », a-t-il observé.

De son côté, le gouvernement a dénoncé une « irresponsabilité ». Lors de son point de presse, Gabriel Attal a fait savoir que le gouvernement « déplore » le retour en terre malienne de l’ex-otage des islamistes, Sophie Petronin.

« Il y a une forme d’irresponsabilité vis-à-vis de sa sécurité à elle et de celle de nos militaires. On a des soldats qui ont été tués dans des opérations de secours d’otages », a déclaré le porte-parole du gouvernement.

Rassurant qu’« On suit cette situation et le Quai d’Orsay suit cette situation de très près » sans toute autre précision, les autorités maliennes ont fait samedi qu’elles souhaitent l’appréhender et ont lancé un avis de recherche.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis