La fin des fruits et légumes en emballage plastifié!

Plus que quelques semaines pour voir les plastiques s’envoler des différents rayons fruits et légumes de la distribution à grande échelle. À compter du 1er janvier, à quelques exceptions près, les fruits et légumes sous emballage plastique ne seront plus fournis.

Plus que quelques semaines pour voir les plastiques s’envoler des différents rayons fruits et légumes de la distribution à grande échelle. À compter du 1er janvier, à quelques exceptions près, les fruits et légumes sous emballage plastique ne seront plus fournis.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Debate Page (@thedailystatement)

Fini les fruits et légumes en emballage plastifié ?

C’est l’une des mesures capitales pour réussir à venir à bout des déchets plastiques. À partir du 1er janvier 2022, les supermarchés français devront arrêter toute utilisation d’emballages en plastique tels que la cellophane, les palettes ou les sacs plastiques. Une mesure qui figurait dans le texte produit par la loi anti-spam votée début 2020.

Selon les informations du Journal du dimanche (JDD), ce dimanche 10 octobre 2021, les lois qui interdisent les plastiques seront mises en application dès le mardi 12 octobre 2021. Si l’interdiction des emballages en plastique est généralisée, ils devront aussi inclure quelques exceptions.

Ainsi, Le JDD a déclaré qu’à partir de l’année prochaine, toutes sortes d’emballages des poireaux, courgettes, aubergines, concombres, poivrons, pommes de terre et carottes « normaux » seront strictement interdit. Les tomates rondes, les oignons et les radis « normaux », le chou, le chou-fleur, le potiron, les panais, les radis, les topinambours et les légumes racines n’ont pas de plastique. Côté fruits, les emballages de pommes, poires, bananes, mandarines, kiwis, oranges, citrons et pamplemousses seront interdits. Les prunes, les melons, les ananas, les mangues, les fruits de la passion et les kakis sont également touchés.

Liste d’exemption temporaire des fruits et légumes

Le secteur des fruits et légumes est l’un des premiers secteurs touchés par cette mesure. Les fruits et légumes vendus dans les emballages en plastique constituent environ 37 % de toutes les ventes des sociétés. Selon France Agrimer, à partir de 2020, ce nombre en hypermarchés a atteint 44%.

Le titre exécutoire accorde des dérogations temporaires à certains fruits et légumes. Par exemple, les tomates cerises, les raisins et les abricots peuvent être fournis sous plastique avant 2025. Fruits rouges et fruits mûrs jusqu’en 2026. C’est leur fragilité qui ne se prête pas à la vente de masse, qui justifie cette exception.

Divergences d’opinions au sein des différentes filières

Vous l’aurez compris, voir le plastique disparaître complètement du rayon relève presque de l’utopie. Même dans le domaine des fruits et légumes, plusieurs filières se défendent également contre les besoins d’emballage, qui peuvent rendre les produits plus visibles et mieux promouvoir les labels bio et autres. Pour eux, la pénurie sera même grave, car les produits frais conditionnés représentent 37% des ventes des supermarchés (les hypermarchés en représentent 44%), notamment expliqués par 60 millions de consommateurs.

Fin des plastiques : Quelles sont les alternatives ?

Dans le même temps, les plastiques ont encore deux à trois années de répit pour eux.

Pour le remplacer, le carton est désormais un sérieux substitut. C’est peut-être le seul matériel d’identification qui garantit la meilleure protection des fruits et légumes.

Il existe plusieurs autres alternatives avec des caractéristiques illimitées, telles que les produits en chanvre ou en fibre de bois.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis