L’IMC voit sa fiabilité être fortement remise en cause, que disent les spécialistes !

L’Indice de Masse Corporelle est tout spécialement utilisé afin de déterminer si un individu est en surpoids ou non. Utilisé depuis toujours pour cette fin, des spécialistes viennent remettre aujourd’hui, sa fiabilité en cause.

L’Indice de Masse Corporelle est tout spécialement utilisé afin de déterminer si un individu est en surpoids ou non. Utilisé depuis toujours pour cette fin, des spécialistes viennent remettre aujourd’hui, sa fiabilité en cause. Selon eux, le calcul livré par l’outil n’est pas suffisamment complet et ne prend pas en compte tous les aspects de l’organisme humain. Les raisons sont mieux explicitées.

L’avis des spécialistes sur l’IMC

L’évaluation des divers risques liés au surpoids chez les adultes, a toujours été faite grâce à l’IMC, depuis les années 1997. Il faudrait toutefois notifier qu’il n’est pas pris en compte ni pour les femmes enceintes, ni pour celles qui sont en plein allaitement. Il en est de même également lorsqu’il s’agit des sportifs. Du côté des enfants et des adolescents, seule la courbe de croissance mentionnée dans le carnet de santé est à considérer.

Selon Véronique Liesse, « Il est délicat de le considérer comme un outil de référence pour déterminer si une personne est en surpoids ou non ». « Il ne donne aucune information sur la quantité de graisse, d’os, d’eau, ou de muscle qu’il y a dans le corps » ajoute-elle. En réalité, il y a tout naturellement des personnes qui existent et qui n’ont que peu de muscles et de graisse dans leur corps. « Si leur IMC dépasse un certain seuil, on ne peut pas les considérer comme en surpoids » précise-t-elle.

La spécialiste a ajouté notamment que l’IMC, n’est pas très précis. Il permet juste une indication selon elle. Elle déclare « Pour connaitre la composition corporelle, son taux de graisse, il faut se peser avec une balance impédancemètre ». Une suggestion qui, visiblement, semble plus efficace à défaut de se fier à l’IMC. La spécialiste avoue également que cette balance permet une analyse corporelle bien plus précise et complète. Tout compte fait, c’est visiblement l’une des meilleures options.

L’IMC et ses défauts supplémentaires

D’après les spécialistes, la remise en cause de la fiabilité de l’IMC n’est plus un secret. Cela est même purement justifié. En plus, l’IMC n’a pas la capacité de pouvoir déceler certains troubles alimentaires. Ce qui n’est naturellement pas si reluisant pour tous ceux qui l’utilisent afin d’avoir des réponses spécifiques sur leur état de santé.

S’il y a par exemple des personnes qui sont affectées par la boulimie, leur IMC peut être totalement normal. C’est par conséquent, un outil utile chez des personnes qui sont atteintes par l’obésité. Lorsque l’indice atteint 30, cela voudrait dire que le concerné est atteint du diabète ou d’autres maladies.

Hormis ces cas, qui viennent d’être mentionnés, l’utilité de l’IMC est limitée. Il faudrait donc impérativement le coupler avec d’autres outils. La spécialiste insiste en notifiant qu’ « Il n’y a pas de raison de se focaliser sur l’IMC ». Plusieurs autres spécialistes ont attesté également de l’insuffisance de l’IMC. Certains affirment même que c’est une mesure inadaptée et bizarre par la même occasion.

 

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis