Lutte contre le coronavirus : dans le but de trouver un traitement curatif, l’institut Pasteur recherche des patients pour un essai clinique !

L’institut Pasteur de Lille a annoncé, lundi 6 septembre, son tout premier patient pour la deuxième phase de l’essai clinique de sa formule de traitement contre le coronavirus.

Le clofoctol conçu à l’initiative de l’Institut situé à Lille va être administré par suppositoire dans le but d’établir sa fiabilité. Il dit rechercher encore entre « 350 et 700 patients » de plus pour évaluer l’efficacité du médicament dans la prise en charge précoce du covid-19 et la prévention des hospitalisations.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par INSTITUT PASTEUR (@institutpasteur)

Un essai qui cible une zone précise

Annoncé pour avoir lieu à la mi-juin après avoir été autorisé par l’agence nationale du médicament, cet essai clinique ne va « commencer que maintenant », a confié à l’AFP le directeur général de l’institut, Monsieur Xavier Nassif. Les vacances, le progrès ainsi que le manque de profil de patients (âgé de plus de 50 ans et présentant au moins un symptôme) ont retardé la concrétisation du projet.

Pour l’instant, les patients recherchés ne concernent que ceux provenant de Hauts-de-France, mais « nous cherchions à les étendre à d’autres régions, notamment les Antilles », a expliqué le directeur général.

Dans cette même perspective, il observe que cet essai est d’une grande importance malgré les progrès affichés par la vaccination. « On ne sait pas comment cette épidémie va se finir et tous les pays n’ont pas le même accès à la vaccination », a soutenu M. Nassif.

Le clofoctol sera administré aux patients recrutés sous forme de suppositoire selon la posologie suivante : 2 par jour et pendant 5 jours. L’institut indique que la molécule est « particulière efficace pour inhiber la réplication du virus ». Elle est d’ailleurs en commercialisation depuis peu en France et dans d’autres pays européens, mais pour des indications autres que celles du covid-19.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par INSTITUT PASTEUR (@institutpasteur)

Les médicaments contre le coronavirus, que dit l’OMS ?

En l’état actuel des choses, les vaccins ne constituent pas exclusivement la seule solution contre le coronavirus. Les scientifiques sont à pied d’œuvre depuis le début de la pandémie pour mettre au point un traitement aussi bien préventif que curatif. Si certains à l’instar du clofoctol sont toujours à la phase expérimentale, il y en a qui sont déjà utilisés par les professionnels de santé.

À ce jour, l’Organisation Mondiale de la Santé donne sa caution a trois médicaments dans le cadre du traitement contre le coronavirus et deux parmi eux sont produits par Sanofi, une entreprise transnationale française.

Elle a mis au point le tocilizumab et le sarilumab qui représentent des anticorps monoclonaux. Ce sont en effet des protéines conçues au laboratoire et qui imitent la façon dont le système immunitaire lutte contre le coronavirus.

Dans un communiqué datant du 6 juillet 2021, l’OMS rapporte que : « l’administration de ces médicaments réduit de 13 % le risque de décès par comparaison avec les traitements standards. Un ratio qui équivaut à 15 décès de moins pour mille patients, et 28 de moins pour mille patients atteints d’une forme critique ».

Le troisième médicament recommandé est la desaméthasone, un corticoïde aux pouvoirs anti-inflammatoires et immunomodulateur.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis