Maladies cardio-vasculaires : Quelles réactions avoir face à un malaise vagal ?

Dans les différents traitements des maladies cardio-vasculaires, on parle très peu du malaise vagal. C’est peut-être parce que celui-ci est moins dangereux et temporaire. Cette perte de connaissance, quand bien même moins dangereuse, mérite une attention. Vous voulez tout savoir : comment cela se passe-t-il ? Sa durée… Écoutez la Docteur Laure Geisler.

Dans les différents traitements des maladies cardio-vasculaires, on parle très peu du malaise vagal. C’est peut-être parce que celui-ci est moins dangereux et temporaire. Cette perte de connaissance, quand bien même moins dangereuse, mérite une attention. Vous voulez tout savoir : comment cela se passe-t-il ? Sa durée… Écoutez la Docteur Laure Geisler.

Comment réagir face à un malaise vagal ?

C’est tout d’abord un mal difficile à identifier par autrui. Ce n’est que par des symptômes apparents qu’on se rend compte que la personne est en train de faire un malaise. C’est pourquoi, lorsqu’on se reconnait comme étant sujet régulièrement à ce malaise, il faut signaler à son entourage au premier signe qui est souvent le vertige. Il faut immédiatement s’assoir ou s’allonger pour éviter de tomber. La chute peut se révéler dangereuse.

Lorsqu’on est allongé, il faut soulever légèrement ses jambes formant un angle d’environ 30° avec le sol ou le support sur lequel on s’est allongé. L’entourage doit suivre de près le patient et voir s’il s’en remet. Lorsqu’on constate que le malaise dure plus qu’une quinzaine de minutes, ou que le patient ne réagit plus, il faut appeler les secours sans perdre du temps.

Comment reconnaitre un malaise vagal ?

Les symptômes sont de trois ordres : avant, pendant, et après le malaise.

Avant le malaise, vous pouvez sentir quelques palpitations, quelques troubles de la vision après un petit effort. Parfois, vous pouvez trembler et perdre l’équilibre.

Pendant que le malaise est déjà là, vous ne pouvez plus soulever vos membres. Une faiblesse soudaine s’installe avec des bouffées de chaleur. Parfois, la transpiration précède l’évanouissement.

Après le malaise, on constate souvent une nausée suivie parfois de vomissement et les maux de tête.

Existe-t-il un traitement aux malaises vagaux ?

Pour le moment, il n’existe encore aucun traitement spécifique à ce mal qui est pourtant fréquent. Il n’y a que des soulagements qui consistent à renforcer la victime. Lorsque cela devient fréquent chez une personne, il faut consulter un médecin pour savoir si ce n’est pas lié à une autre maladie plus grave.

Cela peut être un signe précurseur d’accident vasculaire cérébral ou toute autre maladie dont la prise en charge précoce serait bénéfique au patient. Il faut voir un médecin lorsqu’on fait un malaise vagal à l’improviste. C’est-à-dire lorsqu’on n’a aucun facteur qui puisse le justifier.

Quels sont les facteurs favorisant les malaises vagaux ?

Dans la majorité des cas, il est constaté que ce sont les troubles de la tension qui favorisent ce malaise. Une tension trop basse que la normale est un risque de même que celle trop élevée.

Il faut donc veiller aux traitements des maladies de la tension. La mauvaise gestion de l’émotion est aussi un facteur non négligeable. Lorsqu’on est trop stressé et aussi trop fatigué, on a plus de risque à faire un malaise vagal. Le malaise vagal peut venir aussi lorsqu’on se retrouve dans un environnement inconfortable : chaleur, manque d’oxygène, bruit insupportable…

Le malaise vagal est lié à une perturbation d’un nerf « vague » qui relie l’estomac au cerveau. Il est normalement sans grand danger, mais mérite un suivi pour ne pas être confondu à un autre mal plus grave.

 

 

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis