Migrants : Londres annonce la mise à disposition des fonds promis à Paris pour la gestion du flux des migrants !

Très prochainement, le Royaume-Uni va s’acquitter de sa promesse de donner 60 millions d’euros pour lutter contre le trafic migratoire. C’est ce qu’a annoncé ce lundi 11 octobre indiquant qu’il remettrait « dans les semaines prochaines », l’argent qu’il a promis pour contrecarrer le trafic migratoire depuis les cotes françaises, un sujet qui génère une sorte de tension entre les deux pays.

Très prochainement, le Royaume-Uni va s’acquitter de sa promesse de donner 60 millions d’euros pour lutter contre le trafic migratoire. C’est ce qu’a annoncé ce lundi 11 octobre indiquant qu’il remettrait « dans les semaines prochaines », l’argent qu’il a promis pour contrecarrer le trafic migratoire depuis les cotes françaises, un sujet qui génère une sorte de tension entre les deux pays.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by les Républicains (@lesrepublicains)

Le flux migratoire en hausse

Au micro de la chaine internationale, BBC, le secrétaire du ministère de l’intérieur britannique, Damian Hinds, a fait savoir que c’était un « processus administratif » et non une «  question politique » qui avait retardé la remise de la somme à la France.

Samedi passé seulement, lors d’un déplacement à Loon-Plage, en région nordique de la France, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin avait rappelé au gouvernement britannique d’honorer son engagement.

Londre avait déjà promis de mettre à la disposition de la France, une somme équivalant à 62,7 millions d’euros en 2021-2022 pour le financement du renforcement et de l’opérationnalisation des forces de l’ordre sur les côtes françaises. «Nous appelons les Anglais à tenir leur promesse de financement puisque nous tenons la frontière pour eux», avait-il déclaré, en demandant qu’un traité migratoire entre l’Union européenne et le Royaume-Uni soit négocié.

Depuis quelques années, les traversées illégales de la Manche par les migrants dans l’intention de gagner le Royaume-Uni sont monnaie courante. Les mises en garde régulières des autorités qui soulignent le danger lié au flux dense du trafic, à la basse température de l’eau ainsi qu’aux forts courants n’y ont pas changé grand-chose. Ainsi, la semaine passée, environ 1115 migrants ont été secourus ou interceptés par les autorités anglaises.

Pour lutter davantage contre le fléau, le gouvernement britannique entend désormais instaurer des lois fortes qui refondent les systèmes d’asile. Le projet de loi en vue va également durcir les sanctions. Il envisage notamment porter à la prison à vie, la peine maximale encourue par les passeurs, contre 14 ans actuellement.

La question du droit maritime

À en croire les estimations de l’agence presse, quelque 14 000 migrants ont emprunté les voies maritimes pour arriver sur les côtes du sud de l’Angleterre depuis le début de cette année. Une estimation nettement en hausse par rapport à l’année dernière où on en a enregistré environ 8 000.

Depuis le Brexit, le gouvernement britannique qui durcit la lutte contre l’immigration une priorité, s’efforce à rendre ces traversées périlleuses impraticables et fait pression sur la France pour les empêcher. À l’occasion d’une rencontre à Londres, entre le ministre de l’intérieur français et son homologue britannique, Prit Patel a indiqué sa volonté d’obtenir des « résultats ».

Elle souhaite, en effet, que la police britannique des frontières s’entraine à barricader la voix aux embarcations avant qu’elles n’atteignent les côtes anglaises. La presse anglaise précise que Mme Patel a fait vœu de ce que cette interprétation du droit international maritime par le Royaume-Uni soit réécrite. Une stratégie qui aurait reçu l’accord du Premier ministre John Boris ne serait mise en pratique que dans des « circonstances limitées ».

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis