Nicolas Hulot sera-t-il retiré de la Légion d’honneur comme le réclament les proches de Jadot ?

Les proches du candidat écologiste Yannick Jadot ont demandé le 30 novembre 2021 un retrait officiel de Nicolas Hulot de la Légion d’honneur. L’ancien ministre membre du parti EELV est impliqué dans des affaires de viols et agressions sexuelles sur plusieurs femmes.

Les proches du candidat écologiste Yannick Jadot ont demandé le 30 novembre 2021 un retrait officiel de Nicolas Hulot de la Légion d’honneur. L’ancien ministre membre du parti EELV est impliqué dans des affaires de viols et agressions sexuelles sur plusieurs femmes.

Impunité zéro

Les écologistes n’en ont pas fini avec Nicolas Hulot. Empêtrée dans un scandale sexuel, l’ancienne vedette de la télévision se retrouve dans les mailles de la justice. Une situation qui met mal à l’aise les membres de son ancien camp politique qui réclament une forte rigueur dans le règlement de cette affaire. En ce sens, le candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot avait promis dans la journée du lundi de bannir l’impunité contre les « mecs qui se pensent puissants ».

Désirant joindre l’acte à la parole, l’entourage du candidat réclame solennellement un retrait de l’ancien ministre de la Légion d’honneur. Partageant la douleur des victimes, ils affirment que « cela ne changera rien à la souffrance, cela n’effacera pas les agressions, mais c’est un symbole que l’on doit aux femmes ». Les écologistes prouvent leur aversion pour les crimes contre les femmes et suivent de près cette affaire. D’ailleurs, le candidat Yannick Jadot pour affirmer son sérieux n’a pas hésité à retirer les responsabilités de porte-parole à Mathieu Orphelin jugé trop proche de l’ex-ministre Nicolas Hulot.

Une sanction trop sévère ?

L’ancien ministre Nicolas Hulot a annoncé son départ de la vie politique dès le début des premières accusations d’agressions sexuelles. Preuve de culpabilité ou pas, on peut aisément comprendre la démarche de l’homme qui essaie de limiter les retombées de la situation sur sa vie politique. Demander un retrait de la Légion d’honneur parait une solution efficace afin de prévenir la répétition de ses actes à l’avenir.

Nicolas Hulot deviendrait ainsi un exemple pour dissuader « mecs qui se pensent puissants » de commettre de tels actes. Cependant, cette sanction pourrait bien être un peu trop sévère pour l’homme si l’on prend en considération ses années de loyaux services auprès de l’État. Procéder ainsi reviendrait à le priver de ses mérites personnels qui n’ont aucun lien avec ces faits. Pour l’heure, le parquet s’est saisi de l’affaire et le jugement final pourrait jouer dans l’effectivité de son retrait de la Légion d’honneur.

L’affaire Hulot, l’aubaine

A quelques mois des élections, les partis politiques usent de tous les moyens afin de se faire une place dans les campagnes. Tout bien réfléchi, on peut être amené à penser que l’affaire Hulot représente la poule aux œufs d’or pour les socialistes. Le candidat qui a toujours promu le respect des lois et une attitude irréprochable trouvent de ce fait, une opportunité de se mettre au-devant de la scène.

D’abord, il a retiré les responsabilités de porte-parole à un Mathieu Orphelin juste parce que ce dernier est un proche du ministre. Des soucis de transparence ont été évoqués même si les racines de cette décision remontent à loin. Quoi qu’il en soit, cette décision constitue une façon de prouver son intégrité et son sens de l’honneur au peuple français. Ensuite, ils réclament un retrait de la Légion d’honneur. Cela s’apparenterait à un acharnement, mais serait un moyen de s’attirer de l’attention du peuple tout comme les coups d’éclat fréquents dans cette quête électorale.

 

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis