Obligation vaccinale pour le personnel soignant : les effets imprévus sur le système sanitaire

Ce mercredi est le jour d’entrée en vigueur pour l’obligation vaccinale. Sommes en face d’une décision qui va vraiment améliorer le système sanitaire ?

Ce mercredi est le jour d’entrée en vigueur pour l’obligation vaccinale. Sommes en face d’une décision qui va vraiment améliorer le système sanitaire ? Il y a forcément des aspects non pensés, non prévus dans cette décision gouvernementale. La contrainte réserve certainement des surprises désagréables. Des malades manqueront de soins.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Gouvernement (@gouvernementfr)

Qu’est-ce que l’obligation vaccinale ? 

En résumé, il s’agit d’une mesure qui contraint tous les agents de santé à se faire vacciner. Les agents de santé ne sont pas les seuls visés par la mesure. Tous les auxiliaires et travailleurs en première ligne dans la lutte sont concernés. La mesure vise à mieux protéger ses meilleurs soldats en permanent contact avec les patients. Elle vise aussi la sécurité des personnes qui passent par leurs mains.

Se vacciner n’est pas le problème. L’obligation en elle-même n’est pas le problème. C’est la sanction qui l’accompagne qui pose problème au système sanitaire. Un problème pas seulement pour les agents, mais aussi les malades qui ont besoin de soins.

La sanction en cas de refus de vaccination

Le cas du personnel soignant est préoccupant. L’obligation vaccinale prévoit une suspension en cas de refus. 

En effet, les agents qui ne prendront pas au moins une dose de vaccin jusqu’au 15 septembre ne pourront plus travailler. Autrement dit : ne pourront plus soigner les malades. Ils verront leur contrat suspendu. Jusqu’à ce qu’ils se fassent vacciner, ils n’auront plus accès au service ; sans aucune indemnisation. 

Ceux exerçant en libérale même en bénévole ne seront plus autorisés à continuer après un mois de refus de vaccination. Sauf s’ils présentent une preuve médicale prouvant qu’ils peuvent être dispensés du vaccin.

 

Le risque pour le système sanitaire

Le système sanitaire souffre déjà d’un manque de personnels soignants dans plusieurs régions. À ce manque de personnels à tous les niveaux, il faut ajouter un manque de matériels. Les matériels adéquats pour mieux faire face à la crise sont en nombre insuffisant comme ceux qui les manipulent. 

Cette mesure ne fera qu’aggraver la situation déjà inquiétante. Il est fort probable que plusieurs soignants qui ne veulent pas se faire vacciner restent sur leur position. Ils seront probablement tous suspendus : sans salaire, c’est déjà une forme de congé non payé. Mais le grand perdant, ce sont les malades qui ont besoin plus que jamais de leurs soins.

On enregistrera, certainement plus de contamination et plus de morts.

Évaluation approximative du manque de soignant

Selon les chiffres, il y a aujourd’hui environ plus de 330 000 agents qui n’ont pas encore reçu une dose de vaccin. C’est suffisant pour créer un dysfonctionnement du système si ceux-ci restent sur leur position. Ce qui est fort probable.

À cette situation qu’il fallait prévenir, il faut ajouter le débordement du personnel qui va rester. Un débordement qui les amènera à travailler plus qu’il ne le faut. 

Ils seront vite épuisés et très tôt la démotivation risque de s’installer. Dans ces conditions qu’il ne faut pas souhaiter, mais qui semblent inévitables, il y aura plus de morts. On ne saurait mettre à la touche certains acteurs principaux, alors qu’on n’en a pas assez. 

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis