Le Contrete Genie est enfin sur les rails après plusieurs annonces non suivies d’effets. Pour cette fois, sa présence sur PS4 met en avant une intrigue particulière et riche en couleurs.

L’intrigue de Concrete Genie

Le californien PixelOpus nous met dans l’ambiance dans la ville désolée de Denska. Le gamer interprète Ash, un adolescent qui reste dans son univers entouré de croquis.

Il faut rechercher l’origine d’un mal-être profond pour dominer le mal qui le terrorise. Malheureusement, le jeune homme est bousculé par de jeunes affreux qui déchirent son cahier de croquis pour l’embêter.

Pour plus d’actus, consultez cet article

Un aperçu de l’aventure Concrete Genie

La quête consiste à retrouver des esquisses avant de trouver un pinceau magique. Le pinceau va permettre à Ash de procurer un souffle de vie aux créations.

En peignant sur les murs, on contribue à tout illuminer tout en initiant de bons génies. Ensuite, il faut chercher les pages arrachées pour parvenir à faire de nouvelles esquisses.

Puis, le joueur arpente les quartiers de Denska. Il va aller à la rencontre de la marée noire qui enveloppe la ville fantôme.

Plus de détails sur les Genies

Les mécaniques du gameplay ouvrent la voie à un motif doté de 4 catégories. En ce qui concerne les Genies, on peut opter pour un corps et des motifs pour leur donner vie.

Si on opte pour le Genie du Feu, on peut allumer des bâches et ouvrir un passage. Quant au Genie électrique, il allume un tableau électrique tout en déverrouillant une porte.

Grâce à cette relation héros /génie, on peut satisfaire le gameplay tout en faisant évoluer l’intrigue. En ce qui concerne la Super-Peinture, cela porte sur un pouvoir pour secourir et se débarrasser des ronces maléfiques qui empêchent tout passage.

Les premières impressions sur Concrete Genie

Hormis le côté artistique, Concrete Genie offre une durée de vie insatisfaisante et demeure classique en termes de mécanique. Néanmoins, le rythme autorise quelques changements notoires avec la survenue des combats au deuxième tiers du titre.

Toutefois, la fin n’est pas très convainquant car elle laisse une sensation de manque d’exploitation. Quant à la créativité, elle ne priorise pas vraiment la différence entre la fourniture d’une belle œuvre ou celle d’un brouillon.

Le seul plaisir est de découvrir une ville tout en couleurs à la fin du jeu. Par ailleurs, Genie Concrete propose un mode VR.

Le gamer peut agir en réalité virtuelle avec un casque Playstation VR. Si l’expérience est intéressante, elle ouvre la voie à deux éléments limités.

En effet, cela consiste à peindre les murs et à répondre aux demandes proférées par un ou plusieurs génies. Cette invitation au rêve coloré est disponible avec plus de détails en rejoignant ici.

Crédit Photo : jvfrance.com & millenium.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.