Présidentielle 2022 : Gérald Darmanin taxe Marine Le Pen et Éric Zemmour d’accélérationistes !

Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, estime dans Le Parisien que « l’accélérationnisme contribue au passage à l'acte d'un certain nombre de militants d'extrême droite ». Selon le ministre, Marine Le Pen et Eric Zemmour ainsi que leurs discours alimentent des « mauvais reflexes » et des « pulsions profondes ». Des constats qui les font classer chez les « accélérationnistes » par Gérald Darmanin.

Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, estime dans Le Parisien que « l’accélérationnisme contribue au passage à l’acte d’un certain nombre de militants d’extrême droite ». Selon le ministre, Marine Le Pen et Eric Zemmour ainsi que leurs discours alimentent des « mauvais reflexes » et des « pulsions profondes ». Des constats qui les font classer chez les « accélérationnistes » par Gérald Darmanin.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Gerald Darmanin (@gerald_darmanin)

Quand Marine Le Pen et plus encore Éric Zemmour considèrent qu’il faut très, très vite, prendre le pouvoir

« Marine et Le Pen et Éric Zemmour sont des formes d’accélérationnistes et leurs discours alimentent des mauvais réflexes et des pulsions profondes », a déclaré au Parisien le ministre, Gérald Darmanin dans une interview mise en ligne sur le site du journal. « Quand Marine Le Pen et plus encore Éric Zemmour considèrent qu’il faut très, très vite, prendre le pouvoir parce qu’on va être grand remplacés ou que cela va être la guerre des civilisations, il y a une forme de discours qui légitime, j’espère malgré eux, cette théorie », a-t-il objecté.

L’accélérationnisme « contribue au passage à l’acte d’un certain nombre de militants d’extrême droite », rappelle le ministre de l’Intérieur.  Un employé municipal de Montauban, âgé de 46 ans, a été mis en examen et placé en détention provisoire ce vendredi, notamment pour provocation à un acte de terrorisme. Cet homme, qui adhérait à la tendance dite accélérationniste, publiait sur la messagerie cryptée Telegram, des messages très violents et expliquait qu’il fallait se préparer, en s’armant, à la guerre civile.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Gerald Darmanin (@gerald_darmanin)

Les Républicains «ne sont plus un parti de gouvernement »

« Une grande partie des électeurs de droite et du centre ne pense plus comme les LR, qui ne sont plus un parti de gouvernement, tant ils sont partis à l’extrême », ajoute M. Darmanin dans les colonnes du Parisien. Le ministre qui développe une certaine proximité avec Xavier Bertrand, candidat à l’investiture des Républicains pour la présidentielle, reproche aux membres de son ancien parti de caler leurs pas « non pas sur ceux de leurs pères, mais sur les pas de la droite extrême ».

« Quand personne ne conteste la théorie du grand remplacement, c’est le contraire du gaullisme. Quand ils en arrivent à organiser des débats pour savoir s’ils doivent travailler ou pas avec Éric Zemmour qui dit que le Maréchal Pétain était un type bien, qu’il faut changer les prénoms des Français, c’est le contraire de la droite républicaine !», énumère-t-il.

Interrogé sur le candidat idéal de la droite, Gérald Darmanin répond «Emmanuel Macron» et dit regretter que «des gens intelligents, qui connaissent la complexité des affaires, pour avoir été ministres, qui sont patriotes, comme Valérie Pécresse, Xavier Bertrand, Michel Barnier, ne soutiennent pas le président de la République». Les adhérents de LR désigneront le candidat de la droite pour l’élection présidentielle de 2022 lors du Congrès du parti du 1er au 4 décembre.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis