Présidentielle 2022 : invité sur le plateau de ‘’ on est en direct’’, Jean-Luc Mélenchon veut un débat avec Emmanuel Macron !

Samedi dernier, Jean-Luc Mélenchon était l’invité de Léa Salamé et de Laurent Ruquier dans l’émission « on est en direct ». Le leader de la France Insoumise après moult hésitations a finalement accepté le rendez-vous de France 2.

Samedi dernier, Jean-Luc Mélenchon était l’invité de Léa Salamé et de Laurent Ruquier dans l’émission « on est en direct ». Le leader de la France Insoumise après moult hésitations a finalement accepté le rendez-vous de France 2. Jeudi 23 septembre, il était présent sur BFMTV avec le polémiste Éric Zemmour, une émission suivie par environ 1,05 million de spectateurs. Cette fois, Jean-Luc Mélenchon a dévoilé avec qui d’autre il aimerait débattre tout prochainement.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Jean-Luc Mélenchon (@jlmelenchon)

Mélenchon invite Macron pour un débat sur les « questions sociales »

L’édition de ce samedi 2 octobre de l’émission politique « On est en direct », a vu le passage du leader de LFI. D’entrée, le candidat à l’élection présidentielle de 2022 a été tout d’abord interrogé sur son récent débat télévisé avec l’ex-éditorialiste Éric Zemmour. C’est bien après que Laurent Ruquier lui a demandé qui serait son prochain interlocuteur « à propos du social ». Et à Mélenchon de répondre : « sur le social, moi je sais avec qui j’aimerais débattre, c’est avec le président Macron », répond alors Jean-Luc Mélenchon ».

Ce vœu selon l’avis du journaliste ne saurait être concrétisé pour l’instant. « Pour ça, il faut atteindre le deuxième tour (de l’élection présidentielle de 2022)… » a relancé celui-ci. « Par exemple, mais il pourrait très bien accepter », suppose le candidat qui affiche au compteur, 10 % des intentions de vote selon les sondages. Il poursuit « le président Mitterrand avait accepté un débat avec M. Seguin, il n’était pas président du groupe RPR à l’époque, mais il tenait une position qu’on connaissait, bon. Et pour ne pas mettre dans l’embarras M. Macron sur les questions sociales, parce que j’imagine bien qu’il va tout de suite trouver une raison pour dire que non, j’aimerais que pour une fois, il y ait une discussion sur sa politique étrangère ».

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Jean-Luc Mélenchon (@jlmelenchon)

La politique étrangère du chef de l’État passera également à la loupe

L’homme politique a choisi donc le moment pour s’appesantir davantage sur ce thème déjà en vogue à l’approche de la présidentielle et pendant que la France est sur le devant de plusieurs scènes ces derniers jours.

« La France est engagée dans toutes sortes de choses dont on ne parle JA-MAIS. On va au Mali : on ne vote pas. On revient : on ne vote pas non plus. On s’engage ici, là, on fait une chose, une autre, on crée un état-major de l’espace : personne n’en parle, et ainsi de suite. Hier, il s’en est pris aux Algériens, la veille c’était je ne sais pas qui », a déploré Mélenchon.

« Est-ce qu’il y a un endroit à un moment où l’on peut dire : voilà, moi je suis votre opposant président Macron, et sur l’international, il y a des points qui mériteraient que l’on attire l’attention de tous les Français ? », s’est demandé le leader politique en guise de conclusion.

Enfin, l’occasion a été également pour Jean-Luc Mélenchon, de mettre les choses au clair avec la journaliste Léa Salamé, en réponse à la question de cette dernière qui cherchait à savoir son aptitude à rassembler à gauche, il lui a répondu, tranchant : « Le jour où vous aurez une émission qui fait autant de voix que moi aux élections, vous viendrez me démentir »

 

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis