Présidentielle 2022 : le président LR de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur Renaud Muselier martèle son désaccord sur la question des primaires à droite !

Le président LR de la Provence-Alpes-Côte d’Azur Renaud Muselier était invité sur la nouvelle émission « Ma France » de France Bleu ce vendredi 24 septembre.

Le président LR de la Provence-Alpes-Côte d’Azur Renaud Muselier était invité sur la nouvelle émission « Ma France » de France Bleu ce vendredi 24 septembre. Les questions sur la présidentielle de 2022 ont meublé cet entretien, notamment le sujet de la primaire à droite qui doit être tranché au congrès du parti ce samedi 25 septembre. Et sur cette question, Renaud Muselier reste campé sur sa position.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Renaud Muselier (@renaudmuselier)

« J’ai toujours été contre la primaire »

Depuis la foire internationale de Marseille, Renaud Muselier rappelle sa position sur le processus de désignation du candidat de la droite pour l’élection présidentielle de 2022. Pour lui, l’organisation d’une primaire n’est pas la meilleure solution. Il propose une désignation par le congrès du parti. « J’ai toujours été contre la primaire, je suis membre du bureau politique et je suis pour qu’on départage un candidat en congrès », déclare-t-il.

L’ancien député européen affirme que c’est le plus excessif qui remporte la primaire. Pour illustrer ses propos, il se réfère au phénomène de 2017. « Une primaire serait quelque part ridicule, dans la mesure où nous avions fait à l’époque une primaire assez exceptionnelle, entre un président de la République et deux Premiers ministres, avec des millions de participants, et qu’aujourd’hui, on a 600 000 adhérents ou un peu moins. Tout ça n’a pas beaucoup de sens », a-t-il expliqué.

Le président de la région de la Provence-Alpes-Côte d’Azur estime qu’il existe aujourd’hui un problème de leadership chez les dirigeants du parti, de même que chez les candidats. « Le mode de désignation chez nous a toujours été dans le courant du mois de novembre, mais la difficulté c’est que ça ne donne pas d’espérance majeure, on a des candidats qui pataugent. LR n’arrive pas à imprimer un leader qui donne l’impression qu’on va sortir des difficultés dans lesquelles on est », a-t-il révélé.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Renaud Muselier (@renaudmuselier)

Zemmour, « sa stratégie a un impact dans l’opinion publique »

L’ancien secrétaire d’État aux Affaires étrangères a été également interrogé sur le duel télévisé qui a eu lieu le jeudi 23 septembre entre Eric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon. Contrairement à ce que disent les autres acteurs politiques, Renaud Muselier reconnait les talents du polémiste et le bouleversement politique qu’il provoque.

« Eric Zemmour est le seul non-candidat qui fait un débat des présidentielles avec un candidat », rappelle-t-il. « C’est un bel exploit. C’est une tactique, une stratégie, qui l’amène dans les sondages à passer à des résultats à deux chiffres. Ce qui montre bien que sa stratégie a un impact dans l’opinion publique. Mais la route est longue », déclare le Président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Selon lui, la percée de l’éditorialiste fragilise plus Marine Le Pen qui était déjà sous le choc de la débâcle de son parti aux régionales. « Je dirais que Madame Le Pen, depuis qu’elle a perdu les régionales, et surtout dans cette région où elle était sûre de gagner, passe pour un loser. Donc tous ceux qui pensent qu’elle peut gagner la présidentielle doutent, et je pense qu’ils ont raison », a-t-il fait remarquer.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis