Présidentielle 2022 : Xavier Bertrand marque son désaccord avec la nouvelle méthode de désignation du candidat LR et propose une autre alternative !

Dans le cadre de désignation du candidat de droite, les militants de LR ont finalement opté pour une primaire fermée. Ce choix est motivé par le désir de rassembler tous les candidats afin de minimiser les risques de division.

Dans le cadre de désignation du candidat de droite, les militants de LR ont finalement opté pour une primaire fermée. Ce choix est motivé par le désir de rassembler tous les candidats afin de minimiser les risques de division. Cependant, Xavier Bertrand, lui reste toujours campé sur sa position. Il propose d’ailleurs une autre solution qui écarte complètement la piste du congrès de 4 décembre 2021.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Xavier Bertrand (@xavier.bertrand)

« Une primaire déguisée »

Sa décision était attendue depuis le 25 septembre après l’adhésion des militants à une primaire fermée. Dans un entretien à Figaro, Xavier Bertrand se prononce enfin sur ce nouveau mode de désignation choisi par les militants à l’issue d’un vote. En écartant la piste d’une primaire ouverte, les militants de LR avaient cru que le président des Hauts-de-France serait flexible sur sa décision. En effet, Xavier Bertrand avait martelé à plusieurs reprises son souhait de se présenter à la présidentielle sans passer par une primaire. Une option qui ne ferait qu’affaiblir la droite.

Dans son intervention ce jeudi 30 septembre, on retient simplement que Xavier Bertrand reste toujours droit dans ses bottes. Le président des Hauts-de-France affirme qu’il ne fait pas une différence entre la primaire ouverte de 2016 et cette primaire fermée pour laquelle les militants ont opté. Interrogé sur sa participation au congrès de 4 décembre prochain, Xavier Bertrand ne compte pas prendre part à ce rendez-vous. Pour lui, il s’agit d’une primaire déguisée.

« J’ai toujours indiqué que je demanderai le soutien de ma famille politique. Je l’avais dit à Nîmes aux parlementaires LR. Je le redis aujourd’hui très clairement. Mais si un congrès de rassemblement a du sens, un congrès d’affrontement nous replongerait dans les divisions de la primaire de 2016 », a-t-il rappelé. Pour l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy, ce congrès du 4 décembre n’évolue pas dans le sens du rassemblement.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Xavier Bertrand (@xavier.bertrand)

Une rencontre entre les candidats

Xavier Bertrand n’adhère visiblement pas à cette primaire fermée pour laquelle les militants ont opté à 50,28 %. Il affirme avoir fait comprendre à Christian Jacob que ce mode de désignation conduira à des divisions comme le cas en 2016. Pour cela, il propose une concertation entre les candidats de droite. « Plutôt que de s’opposer les uns aux autres, je propose aux autres candidats que l’on se rencontre très rapidement, avant le 13 octobre », suggère-t-il.

La date de 13 octobre est le jour où l’admissibilité des candidatures sera examinée. Xavier Bertrand juge le processus de désignation trop lent. « Comment imaginer que fin 2021, à quelques mois seulement du scrutin, on continue encore à s’affronter entre nous ? », se demande-t-il.

« Nous devons trouver la meilleure façon de parvenir à un congrès de rassemblement, pour créer une vraie dynamique. Nous ne racontons pas d’histoire. Il y a urgence à se retrouver et à se rassembler : nous ne pouvons pas être les derniers à dire clairement qui sera le candidat de la droite et du centre. Ce n’est pas possible », insiste-t-il.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis