Primaire chez les verts : Sandrine Rousseau et Yannick Jadot qualifiés pour le second tour !

Dans le cadre du choix de leur candidat pour la prochaine élection présidentielle de 2022, le parti Europe Ecologie les Verts a organisé le premier tour de leur primaire ce dimanche 19 septembre 2021.

Dans le cadre du choix de leur candidat pour la prochaine élection présidentielle de 2022, le parti Europe Ecologie les Verts a organisé le premier tour de leur primaire ce dimanche 19 septembre 2021. Un scrutin à l’issue duquel l’eurodéputé, Yannick Jadot et l’écoféministe Sandrine Rousseau arrivent en tête avec un score plus serré que prévu.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Sandrine Rousseau (@sandrousseau)

Yannick Jadot et Sandrine se tiennent dans un mouchoir de poche

Avec les 122 675 inscrits, le premier tour de EELV n’aura duré qu’une journée. Pour une fois encore, les intentions de vote n’ont pas été confirmées dans les urnes. Considéré comme le grand favori de ce scrutin, voire vainqueur dès le premier tour, Yannick Jadot obtient moins de voix que prévue. Certes, il arrive en tête de ce premier tour, mais ne recueille que 27,70 % des suffrages.

Il est suivi de près par la surprenante Sandrine Rousseau qui a su jouer les trouble-fête. L’écoféministe réussit à convaincre 25,14 % des électeurs. Tout juste derrière elle se positionne l’ancienne ministre Delphine Batho qui arrive troisième avec 22,32 % des voix. Elle est également talonnée par le maire de Grenoble Eric Piolle qui avec 22,29 % des voix arrive en troisième position. Jean-Marc Governatori finit bon dernier avec 2,35 % des suffrages.

Une fracture au sein d’EELV

Quelques minutes après les résultats, l’eurodéputé Yannick Jadot félicite le bon déroulement et se félicite de sa victoire. « Je suis très fier et très heureux de la qualité de cette primaire, on n’avait jamais mobilisé autant de Français, c’est une formidable leçon », déclare-t-il. Ensuite, un mot à l’endroit de son adversaire : « Je veux féliciter et remercier Sandrine Rousseau, qui pendant toute cette campagne n’a pas ménagé sa résilience par rapport aux attaques incessantes dont elle a fait l’objet », a-t-il reconnu.

Il promet de se concentrer dès à présent sur le second tour, car « nous les écologistes, on ne peut pas s’offrir un quinquennat de plus de Emmanuel Macron », a-t-il souligné. Ce dernier se réclame d’une « écologie de gouvernement, prête à assumer ses responsabilités ».

De l’autre côté, Sandrine Rousseau prône une écologie nécessairement radicale, sociale et écoféministe. « Aujourd’hui, il nous faut une écologie ambitieuse, une écologie sociale, une écologie de victoire », lance-t-elle. « Le temps des petits pas et de l’accompagnement n’est plus le moment », a-t-elle souligné avant de clarifier.

« Yannick Jadot porte une écologie que je respecte, mais qui n’est pas la mienne, moi je suis une écologiste de gauche, radicale, sociale », assume-t-elle. Ces différentes déclarations montrent à quel point le parti est fracturé sur les points de vue politiques.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Yannick Jadot (@yannickjadot)

Pas de consigne de chez Batho et Piolle

Arrivés respectivement 3e et 4e, Delphine Batho et Éric Piolle n’ont pas fait piètre figure. Avec 22,32 % pour la députée et 22,29 % pour le maire de Grenoble, les deux candidats perdants pèseront énormément pour le second tour.

Cependant, aucun des deux ne souhaite apporter leur soutien aux vainqueurs. Ils laissent la liberté à leurs électeurs de choisir le projet qui leur semble le plus approprié. Yannick Jadot et Sandrine Rousseau se donnent ainsi rendez-vous du 25 au 28 septembre pour le second tour.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis