Prolifération de Covid-19 : selon les modélisations de l’institut pasteur, une 5ème vague est inévitable !

Alors que la situation sanitaire dégradée par la pandémie du coronavirus depuis bientôt deux ans connait une décrue progressive, il pourrait y avoir rebondissement d’un instant à l’autre. Cela suppose que l’imminence de l’achèvement de la quatrième vague annoncée par les autorités à divers niveaux pourrait donner lieu à une cinquième vague.

En tout cas, c’est ce que semble signifier les dernières modélisations de l’Institut Pasteur publiées ce lundi.  Une situation bien évitable à mesure que les plus de 60 ans arrivent à être totalement vaccinés.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Aliénor🌸 (@happymum.sep)

Que disent les modélisations, en effet ?

A se fier aux données publiées par l’institut Pasteur ce lundi, une cinquième vague du coronavirus est fort probablement inévitable. Cette projection alarmante semble avoir déjà  échos chez le directeur échos chez le Directeur général de la santé, Jérôme Salomon, qui affirmait dimanche sur BFMTV que « nous sommes dans une période cruciale, décisive ; un tournant dans cette vague après la rentrée scolaire ».

En effet, la forte contagiosité de la variante Delta serait la cause de cette cinquième vague inévitable selon l’alerte donnée par l’Institut pasteur. «  Dans notre nouveau scénario de référence, nous faisons l’hypothèse que notre le nombre de reproduction de base Ro est égal à 5 (contre Ro=4 dans l’analyse de juin) ; que le risque d’hospitalisation augmente de 50% pour les personnes infectées par le variant Delta et que la vaccination diminue le risque d’infection de 60% pour le variant Delta (contre 80% dans l’analyse de Juin) », ont présenté les chercheurs de l’institut pasteur.

Cependant, ce renversement pourrait être évité. La reprise de l’épidémie de coronavirus peut être contrée  à condition que 95% des plus de 60 ans soient vaccinés, alors qu’ils le sont à environs 90%, pour l’instant.

La campagne vaccinale en plein essor

Annoncée pour franchir la symbolique barre des 50 millions de primo-vaccinés ce mois, la campagne vaccinale en France se porte mieux que nulle part ailleurs au monde.

Le gouvernement met tout à contribution pour en arriver à une immunité collective de la population française. Obligation vaccinale pour le personnel sanitaire ainsi que les étudiants en santé ; mise en place des centres de vaccination dans les lycées et collèges ; arrivée très prochaines de nouvelles doses du vaccin de Moderna… des indices fiables qui démontrent la volonté du gouvernement à vaincre l’épidémie.

Mais la réticence d’une frange de la population sous la campagne ‘’antivax’’ demeure un obstacle érigé en travers de la campagne vaccinale. De même, il faut savoir que derrière ce chiffre de primo-vaccinés affichés au compteur, la situation demeure moins reluisante pour ce qu’elle devrait être. Plus de 2 millions de  personnes fragiles restent à vacciner. Les statistiques renseigne que 11% des plus de 75 ans n’ont encore reçu aucune dose de vaccin jusque-là de même que 15% des personnes souffrant des comorbidités.

En somme, une part importante du public fragile demeure en attente de soins. Une situation logiquement favorable aux prévisions de l’institut Pasteur ? Peut-être que, mais le gouvernement s’active déjà pour y remédier dans l’immédiat. « La priorité des priorités, ce sont les deux millions de Français âgés ou malades qui n’ont pas encore été vaccinés », a insisté le ministre de la santé, Olivier Vera, il y a quelques jours.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis