Roselyne Bachelot : la ministre de la culture défend vivement le film Netflix Mignonnes de Maïmouna Doucouré …

Réalisé par Maïmouna Doucouré, le film Mignonnes est sorti depuis plusieurs semaines et diffusé sur la plateforme de streaming Netflix.

source : la-croix.com

Il est au cœur d’une grosse polémique ces derniers temps et est accusé d’hypersexualiser les jeunes enfants. Roselyne Bachelot vient à la rescousse.

Le film Mignonnes est sorti le 19 août dernier. Il raconte le parcours d’une petite fille de 11 ans nommée Amy. Cette dernière a fait la rencontre d’un groupe de danseuses appelé les Mignonnes. Elles ont pris la décision de l’initier à une danse sensuelle. Le genre que l’on retrouve souvent à la télé et exécuté par les stars de pop. Ce film est devenu la cible de nombreuses critiques surtout en Amérique. Face à ces critiques mal placées, la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a défendu le film et rappelle les véritables valeurs qu’il inculquait. Découvrez-en plus dans la lecture de cet article.

Une véritable polémique autour de l’œuvre de Maïmouna Doucouré

Sur la plateforme Netflix, les choses se sont envenimées au point de conduire à la signature de plusieurs pétitions pour demander le retrait définitif de l’œuvre de Maïmouna Doucouré. Pour plusieurs personnes, ce film aurait pour but de sexualiser à outrance les petites filles. Une campagne violente a donc été lancée contre la réalisatrice Maïmouna Doucouré de la droite américaine.

Cette interprétation est en réalité tout le contraire du message que la réalisatrice voulait faire passer. La plateforme de streaming Netflix a dû présenter ses excuses au peuple américain pour avoir choisi la mauvaise affiche pour illustrer le film.

Pour la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, les critiques émises contre le film, lui prêtent une intention qui est en contradiction totale avec le véritable message véhiculé. Ces critiques ne sont fondées que sur une série d’images réductrices qui décontextualisent le film. C’est ce vendredi dans un communiqué avec Élisabeth Moreno, la ministre déléguée chargée de l’égalité entre les hommes et les femmes, que Roselyne Bachelot a fait passer son message.

Roselyne Bachelot exhorte le peuple à un débat apaisé

Avec Élisabeth Moreno la ministre de la Culture a demandé de calmer les débats. Pour Roselyne Bachelot, ce film doit continuer à être présenté à toute sorte de public, enfants comme adultes. Il doit plutôt aider à avoir des débats apaisés et fondés sur des lectures éclairées de l’œuvre.

Dans Mignonnes, la petite fille imite des danses assez suggestives et sensuelles. Le but n’était pas d’emmener les enfants à exécuter des danses, mais plutôt de les conscientiser sur les impacts psychologiques et émotionnels de ce genre de chose. Le message que fait passer le film souligne l’influence malsaine des réseaux sociaux qui est responsable de l’hypersexualisation des jeunes filles.

Il est donc nécessaire pour tous les acteurs œuvrant en faveur de l’éducation des enfants de débattre sur le sujet. Qu’il s’agisse des politiciens, du système éducatif, des parents, c’est un véritable problème qui nécessite l’attention de tous. Plusieurs autres entités sont allées dans le même sens que la réalisatrice en affirmant que cette œuvre est nécessaire et d’utilité publique.

Qui est Roselyne Bachelot ?

Née le 24 décembre 1946 en France, Roselyne Bachelot-Narquin est une véritable femme politique. Malgré ses nombreux engagements politiques, elle a pu trouver le moyen de décrocher un doctorat en pharmacie en 1988. Elle entre à l’Assemblée nationale et devient ainsi la secrétaire adjointe du RPR de 1998 à 1992. C’est une femme moderne qui a toujours prôné la parité des genres et l’éducation.

De 2002 à 2012, Roselyne Bachelot a été ministre de l’Écologie et du Développement durable puis ministre de la Santé et de la Solidarité et de la Cohésion sociale. Elle a ensuite intégré la commission sur la moralisation de la vie publique après la défaite de l’UMP aux élections présidentielles. À la date du 6 juillet 2020, elle a été nommée ministre de la Culture dans le gouvernement du Premier ministre Jean Castex.