Santé infantile : les médicaments que vous prenez passent-ils au bébé par le lait ?

Plus de la moitié des femmes consomment des médicaments avec ou sans ordonnance médicale ou prennent du tabac, de l’alcool ou des stupéfiants pendant la grossesse.

Plus de la moitié des femmes consomment des médicaments avec ou sans ordonnance médicale ou prennent du tabac, de l’alcool ou des stupéfiants pendant la grossesse. D’une manière générale, les médicaments ne doivent pas être pris pendant la grossesse à moins que cela ne soit nécessaire, car certains de ces produits sont nocifs pour l’enfant à naître.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Amber St. Peter (@amberpaijestpeter)

Les médicaments passent-ils par le lait ?

La forme d’alimentation la plus appropriée pour les bébés en bonne santé est le lait maternel.

Au cours des dernières années, après de nombreuses activités promotionnelles, l’on a observé une augmentation de la fréquence et de la durée de l’allaitement. Lorsque la prise des médicaments est nécessaire, il est généralement recommandé d’arrêter l’allaitement en raison des inquiétudes concernant les conséquences néfastes pour le bébé.

Cependant, cette mesure n’est pas anodine et il est révélé que plusieurs médicaments peuvent être consommés pendant l’allaitement sans risques importants.

En effet, plusieurs produits peuvent être pris pendant l’allaitement sans présenter de risque important pour le bébé. Avoir une maîtrise des mécanismes qui contrôlent le passage des produits dans le lait maternel est important. Aussi l’accès à une liste à jour des différentes substances qui ne sont pas compatibles avec l’allaitement est aussi recommandé. Pour ça, contactez votre médecin soignant. Cela peut permettre à tout praticien de faire des prédictions éclairées sur le risque qu’encourent les bébés exposés.

Quels médicaments peuvent passer dans le lait maternel ?

Plusieurs médicaments peuvent passer du sang de la mère au colostrum (le premier lait produit dans les deux à trois jours suivants l’accouchement) et au lait maternel.

D’autres réduisent la sécrétion du lait maternel (comme les diurétiques), ce qui les contre-indique lors de l’allaitement. Les dérivés de l’ergot de seigle (bromoergoline, cabergoline) peuvent ralentir la libération de prolactine, une hormone impliquée dans l’écoulement du lait après l’allaitement.

En raison des effets secondaires chez le bébé, certains médicaments qui passent dans le lait maternel sont contre-indiqués pendant l’allaitement. Il s’agit notamment : Lithium (pour le trouble bipolaire), Chimiothérapie utilisée pour traiter le cancer…

Les bienfaits de l’allaitement

L’allaitement maternel est très connu comme la forme de nutrition la plus appropriée pour les bébés en bonne santé.

Le lait maternel contient beaucoup d’éléments nutritifs pour le bébé et répond aux besoins métaboliques, nutritionnels et immunitaires du bébé.

Selon les réglementations de l’OMS, les bébés doivent être entièrement allaités pendant les six premiers mois suivant la naissance. La recommandation est basée sur plusieurs études qui ont démontré les bienfaits de l’allaitement pour la santé des mères et des enfants.

Ces dernières années, en raison de nombreuses activités promotionnelles dans de nombreux pays, la fréquence et la durée de l’allaitement ont augmenté, en particulier en Europe.

Risques à court et à long terme pour le nourrisson

Lorsque les produits pénètrent dans le lait maternel, ils sont absorbés par le bébé et sont susceptibles de déclencher des effets secondaires similaires ou supérieurs à ceux observés chez les personnes adultes. Les effets secondaires possibles sur les nourrissons sont nombreux et variés :

  • Certains produits peuvent causer des problèmes digestifs courants tels que la constipation ou la diarrhée. C’est par exemple le cas de certains antibiotiques ;
  • D’autres médicaments peuvent causer des problèmes plus graves et même des empoisonnements. Par exemple, les médicaments utilisés pour traiter les troubles mentaux, qui peuvent provoquer de la somnolence, de l’insomnie ou de l’hyperactivité chez le nouveau-né.

 

 

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis