Où déclarer ses plus-values en bourse ?

Partout en Europe et plus précisément en France, la bourse représente une occasion de faire de bonne affaire. Qu’il s’agisse d’une vente ou d’un achat, les personnes qui s’y retrouvent peuvent se faire d’énormes plus-values tout comme ils peuvent faire des pertes. Ceci dit, qu’importe l’issue de la mise en bourse, une règle importante est à respecter : celle de la déclaration des plus-values ou des pertes en bourse. Cependant, tous les metteurs ou acheteurs en bourse n’ont pas grande idée, d’où il faut faire déclarer les plus-values. Où le faire donc ? Découvrez-le dans ce mini guide.

Aux impôts sur revenus

La mise en bourse d’un bien (actions d’une entreprise, appartements, maisons, usines, terrains ou autres) est sujette à un certain nombre de règlements. En effet, lorsque les biens sont cédés, la législation de la plupart des pays d’Europe exige que les valeurs ajoutées obtenues après l’opération, soient soumises à une imposition. Cette taxation en bourse vient du fait, qu’après la vente du bien, le metteur en bourse ferait un bénéfice sur le prix de vente de ce dernier, par rapport à son prix d’acquisition.

Ceci étant, les plus-values en bourse sont à déclarer aux impôts sur le revenu à un taux de 19%. Cette déclaration se fait à une rubrique n°2042-C, intitulée plus-values et gains divers et une autre n°2074-ABT (déclaration annexe). Cependant, lorsqu’une perte est enregistrée sur le bien, par le metteur en bourse, une rubrique n°2074-CMV intitulée moins-values, entre en compte pour les abattements. Pour chacun de ces intitulés de déclaration, des principes (conditions de prélèvements) sont applicables aux plus-values pour l’imposition.

Conditions de prélèvement en déclaration des plus-values boursières

Lors de la déclaration des plus-values en bourse, certaines conditions sont adoptées pour l’application de l’imposition. Ainsi, cela permet de bien arranger les tarifs d’imposition sur les biens cédés. Il s’agit entre autres des abattements en cas de moins-values, de durée de détention, des prélèvements, des taxes forfaitaires en cas d’exonération, etc. Toutes considérations faites donc, l’imposition sur plus-values en bourse se fait méthodiquement.

De façon concrète, la plus-value est calculée et exempte de toutes moins-values, par les abattements. Seulement après, le reste est soumis à trois prélèvements différents. Le premier est l’impôt sur revenu à 19% de taux. Le deuxième est celui des prélèvements sociaux (prélèvement social, CSG, CRDS, Solidarité autonomie et prélèvement de solidarité) s’élevant à 17,2%. En troisième et dernier, figure le prélèvement sur les cessions de domaines nus (taxe forfaitaire), ou taxation sur plus-values immobilières plus élevées.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis