Amendes routière et arnaque par SMS : attention à cette nouvelle vague !

Les automobilistes ont l’habitude de recevoir leurs avis de contravention par SMS ou par mail. Le souci est que les escrocs en profitent également pour tenter d’extorquer de l’argent ou pour voler des données personnelles. Faites attention si vous recevez un message qui vous invite à suivre un lien vous dirigeant vers un site d’apparence officielle vous demandant de remplir des informations personnelles. Il s’agit sûrement d’une tentative d’hameçonnage à la contravention. Comment se manifeste cette arnaque ? Quelles actions à prendre en cas de réception de ce type de message ? Tout ce qu’il faut savoir dans cet article.

Ce qu’il faut entendre par hameçonnage à la contravention

L’hameçonnage, ou phishing en anglais, est un procédé frauduleux qui a pour objectif d’usurper l’identité d’une organisation ou d’une marque réputée afin d’inciter une personne à fournir des informations personnelles, confidentielles ou professionnelles. Parmi les données ciblées par les escrocs figurent les données bancaires, les mots de passe, les identités…

A voir aussi : Recettes légères et savoureuses : manger équilibré sans sacrifier le goût ni le plaisir !

Dans le cadre de l’hameçonnage à la contravention, l’escroquerie se manifeste par l’envoi d’un SMS ou d’un email qui annonce à la victime qu’elle doit verser des amendes routières au risque d’encourir des poursuites, des pénalités supplémentaires ou d’autres sanctions. Le message d’arnaque est muni d’un lien sur lequel la victime est censée payer les soi-disant amandes. Ce lien rédige vers un site créé par l’escroc lui-même. Celui-ci adopte la même apparence que les sites officiels, avec les mêmes logos, couleur, misent en page. Même l’adresse de ces sites trompeurs est presque identique à celle des sites officiels. Certains liens présents sur ces plateformes ramènent exactement vers des pages des sites officiels.

Quand vous ouvrez ces sites arnaqueurs, ils vous demandent en premier lieu des informations personnelles : nom, prénom, date de naissance, immatriculation, code postal… Une page s’ouvre ensuite vous indiquant que vous avez bien une contravention dans votre dossier. Le site vous informe sur les motifs de cette prétendue contravention, son montant et les peines que vous encourez en cas de non-paiement. Une page s’ouvre ensuite pour demander des informations plus confidentielles et plus personnelles, comme votre ville de résidence, votre adresse postale, votre numéro de téléphone, vos coordonnées de carte bancaire… À ce niveau, le cybercriminel a réussi à recueillir suffisamment d’informations sur la victime, ce qui lui permet de faire l’extorsion de fonds ou autres actions malveillantes.

Lire également : Assurance habitation : comment bénéficier des tarifs les plus avantageux pour les étudiants ?

Quels sont les effets des informations fournies sur ces sites de cybercriminel ?

Les escrocs enregistrent les informations recueillies sur leur base de données. Ces informations sont utilisées directement pour voler de l’argent ou sont vendues à d’autres cybercriminels pour des usages frauduleux : fraudes au faux conseiller bancaire, usurpation d’identité, réalisation d’autres escroqueries…

Dans la majorité des cas, les cybercriminels se servent des coordonnées bancaires pour faire des paiements ou des achats frauduleux. Ultérieurement, la victime se rend compte, par le relevé bancaire, que son compte en banque est vidé et que de nombreuses transactions sont réalisées à son insu. C’est pour ces nombreuses raisons qu’il faut redoubler de vigilance quand vous recevez des avis de paiement de contravention par SMS ou par email.

Ce qu’il faut faire en cas de réception d’un avis frauduleux de paiement d’amendes routières

Vous devez savoir préalablement que la seule adresse pour le paiement en ligne des amendes routières est www.amendes.gouv.fr.

Si vous vous êtes rendu compte que le message que vous avez reçu est une arnaque, nous vous recommandons de ne pas y répondre. Pensez plutôt à faire un signalement par SMS (au 33 700) ou par courrier (en vous rendant sur la plateforme de Signal Spam).

Vous avez également la possibilité de signaler le message frauduleux sur le site du ministère de l’Intérieur : internet-signalement.gouv.fr.

Vous êtes victime d’un phishing à la contravention ? Voici quelques actions que vous devez prendre pour faire échouer les tentatives :

  • Réalisez immédiatement une opposition auprès de votre banque ou via le service interbancaire d’opposition à la carte bancaire ;
  • Rassemblez les preuves;
  • Si les escrocs ont déjà réalisé des transactions frauduleuses avec votre carte bancaire, faites un signalement auprès de la plateforme Perceval du ministère de l’Intérieur ;
  • Faites une plainte auprès des autorités compétentes ;
  • Redoublez de vigilance en cas de réception de message ou d’appel téléphonique douteux dans le souci de protéger vos données personnelles.
Afficher Masquer le sommaire