L’Irak, entre progrès et vulnérabilité

L’Irak est un pays dont on a beaucoup entendu parler au début des années 2000 et puis après 2010. Dans le premier cas, lors de présence américaine sur son territoire pour lutter contre les terroristes. Le second, à cause de la présence du groupe terroriste Etat islamique, l’Irak étant le berceau du mouvement. Depuis, plus rien. Si le reste du monde a détourné le regard du pays, les problèmes n’ont pas moins disparu.

Un contexte ambivalent

Le contexte humanitaire y est paradoxal et évolutif. Selon le portail humanitaire d’information RelfiefWeb, de nombreuses évolutions positives continuent d’avoir lieu. Elles ramènent lentement des millions de personnes précédemment touchées par l’État islamique en Irak vers plus de parité.

A lire en complément : Le rôle des réseaux sociaux dans l'engagement politique

Pourtant, simultanément, les besoins humanitaires et les déplacements restent obstinément persistants pour une partie relativement petite mais profondément vulnérable de la population. Cela fait maintenant huit années que l’Irak vit un quotidien en semi ton depuis la première émergence de l’Etat islamique. Les années qui ont suivi ont été remplies d’horribles souffrances, de destructions généralisées, de la dégradation sociale qui était si diverse. Sans compter le déplacement interne de quelque 6 millions d’Irakiens.

Une lueur de progrès

Plus récemment, ces années ont laissé place à un nouvel espoir – bien que ténu – pour l’avenir. Le pays progresse doucement vers la reprise. Depuis la fin des opérations militaires officielles contre l’Etat islamique en 2017, d’importants efforts de reconstruction et de réhabilitation ont pu être mis en place. Les routes ont été restaurées, les marchés locaux ont rouvert, l’eau et l’électricité publiques sont de nouveau distribuées. Les logements, des établissements de santé et des écoles sont reconstruits.

A lire également : Insultes en créole : comprendre leur signification et usage

Environ 4,9 millions d’Irakiens précédemment déplacés sont retournés dans leurs districts d’origine. Des élections législatives anticipées ont eu lieu avec succès en octobre 2021. En septembre 2021, les Nations Unies (ONU) et le gouvernement irakien (GoI) ont signé le premier cadre de coopération pour le développement durable. L’impact du double choc subi en 2020 par l’expansion du coronavirus et la baisse des prix du pétrole a commencé à s’atténuer. Cela est surtout dû à la levée de la plupart des mesures préventives contre le COVID-19 et de l’augmentation des prix du pétrole. L’économie irakienne est maintenant en croissance et de nombreux emplois ont été récupérés.

Situation des déplacés internes

Pourtant, la situation humanitaire de millions d’Irakiens déplacés à l’intérieur de leur propre pays n’a pas connu de changements significatifs. Sur les 6,1 millions de personnes déplacées entre 2014 et 2017, environ 19 % (1,2 million de personnes) restent déplacées à l’intérieur du pays. Parmi eux, 67 % ont été déplacés au cours des 15 premiers mois de la crise.

Entre décembre 2020 et septembre 2021, le nombre de personnes déplacées internes (PDI) en Irak n’a diminué que d’environ 35 000 personnes. Les principaux obstacles à la fin des déplacements comprennent l’érosion de la cohésion sociale nationale, la contamination massive par les munitions explosives et la restauration incomplète des logements, des services de base et des moyens de subsistance dans les zones touchées par l’Etat islamique. La quasi-totalité des personnes encore déplacées sont originaires de seulement 25 districts. Ces derniers sont situés dans des zones anciennement touchées par l’EI. La moitié est originaire de quatre districts seulement. Les districts d’Al-Mossoul, de Sinjar, d’Al-Baaj et de Telafar dans le gouvernorat de Ninive. Des centaines de villages n’ont toujours pas vu revenir les personnes déplacées pendant la crise de l’EI.

Dans d’autres endroits, nombre de ceux qui ont tenté de rentrer ont échoué. Ils ont dû se déplacer à nouveau en raison d’une réadaptation de tensions sociales et de l’insécurité.

Dans certaines régions, certaines personnes déplacées ont été empêchées de rentrer en raison de problèmes liés à la sécurité. Ceux qui sont rentrés chez eux continuent de lutter avec un accès limité aux services et aux moyens de subsistance, dans un contexte de fortes tensions sociales, politiques et sécuritaires.

Accès à l’eau

Dans le même temps, le changement climatique est une menace croissante en Irak. La rareté de l’eau devrait avoir un impact significatif sur la production agricole de cette saison. Cela pourrait avoir un impact sur les moyens de subsistance et l’état de la sécurité alimentaire des populations. Cela pourrait également augmenter le risque de choléra ou d’autres maladies. La migration induite par le climat a déjà été observée dans la partie la plus touchée du pays. Avec ce site de paris sportif, vous aurez accès à des centaines d’événements sportifs et vous pourrez parier sur votre équipe favorite en un clin d’œil. Les nouveaux arrivants auront accès à un rabais imbattable.

L’Irak connaît l’une des pires périodes de pénurie d’eau de son histoire moderne. Les précipitations et la disponibilité de l’eau en 2021 sont les deuxièmes plus faibles jamais enregistrées en 40 ans. Le pays est désormais confronté à une crise complexe de l’eau avec des implications humanitaires, économiques, sécuritaires et sociales potentielles. On observe des mouvements de population, des pertes d’agriculture et de moyens de subsistance, des manifestations de masse et des risques accrus d’insécurité alimentaire et de maladies transmissibles.

Les précipitations constituent 30 % des ressources en eau de l’Iraq. Les eaux de surface des fleuves Tigre et Euphrate (tous deux provenant des pays voisins) sont estimées à 70 %. Le pays est très vulnérable aux plans de développement des États en amont, mais a également connu beaucoup moins de précipitations en 2020 et 2021 que les années précédentes.

Vulnérabilité croissante et changement climatique

L’Irak est très vulnérable au changement climatique et doit résoudre plusieurs problèmes concernant la résilience climatique, la gestion des ressources naturelles et la protection de l’environnement, y compris la gestion des risques et des catastrophes. Le secteur agricole du pays repose sur un réseau de canaux et de systèmes d’irrigation obsolètes et dégradés, ce qui entraîne un gaspillage d’eau par des techniques d’irrigation inefficaces.

Selon les organisations humanitaires, environ 500 ménages à Ninive ont été déplacés en raison de problèmes de pénurie d’eau, et 300 sont toujours en déplacement principalement depuis des localités des districts d’Al-Baaj et d’Al-Hatra. 3 000 autres familles restent déplacées dans cinq gouvernorats du sud en raison de conditions proches de la sécheresse et d’autres dégradations environnementales.

Détourner l’attention d’une région en crise ne résoudra donc pas les problèmes qui y sont inhérents. Plus que jamais, l’Irak a besoin d’aide pour se relever.

Afficher Masquer le sommaire