MOSS : le concurrent chinois de ChatGPT

ChatGPT fait trembler le monde de la tech grâce à ses capacités à générer du contenu de qualité quasiment proche de ce que font les humains. Si d’une part, l’Intelligence Artificielle a fait couler beaucoup d’encre sur l’avenir de certains métiers, du système éducatif, etc. D’autre part, les concurrents ont aussi tout fait pour rattraper leur retard notamment du côté des chinois avec le lancement ce 21 février 2023 de l’IA MOSS. Zoom sur cette IA sur qui reposait l’espoir de tout un pays.

Le développement de l’Intelligence Artificielle en Chine

Les projets de la Chine sur le développement de l’Intelligence Artificielle ont toujours été connus du grand public comme des plus ambitieux. Devenir le numéro un mondial de l’IA d’ici 2030 ! Rien que ça ! Eh oui, l’écosystème chinois puissant est cultivé dans cette optique notamment grâce au programme « les petits géants ». Un montant de 150 milliards de dollars a d’ailleurs été investi dans ce projet.

A voir aussi : En savoir plus sur le mode multijoueur probable de Halo Infinite

La Chine a en outre été le premier pays à investir dans le domaine en 2017 et continue à réaliser des investissements en matière de recherche et développement. Il faut dire que le marché de l’IA fait aussi partie de ceux qui pèsent le plus dans le pays avec des chiffres avoisinant 30 milliards de dollars. Beaucoup de facteurs font que les ambitions de la Chine sont réalistes selon les spécialistes en matière d’intelligence artificielle. Et pour cause ! Qui dit IA dit besoins d’informations massives et avec un ratio d’une caméra de surveillance pour deux habitants, la Chine fait partie des pays disposant du maximum d’informations sur son marché.

MOSS, le premier qui s’est lancé face au public en tant que concurrent ChatGPT

Si le public s’attendait plus à des géants d’Internet chinois comme Baidu, le moteur de recherche numéro un en Chine, ou Alibaba le site de e-commerce numéro un, pour s’aligner avec l’intelligence artificielle qui fait fureur alias ChatGPT, l’annonce de l’équipe scientifique de l’université de Fudan sur le lancement de son IA dénommée MOSS a suscité à la fois la surprise et l’engouement.

Lire également : Vie pratique : comment enlever les plaques brillantes d’un tissu lustré pendant le repassage ?

Eh oui, dès l’annonce de son lancement sur les réseaux sociaux, le public était au rendez-vous avec plusieurs dizaines de millions de réactions. Cette annonce pimpante a réveillé la vieille compétition Chine vs USA avec cette IA proclamée par les médias comme premier concurrent chinois à tenir tête au système américain ChatGPT. Les acteurs de la tech en Chine ont fait preuve de soutien en montrant leur fort intérêt pour le développement de MOSS. Mais qui est véritablement MOSS ?

MOSS est une IA développée par l’université de Fudan. Cette université, située à Shanghai, fait partie des plus prestigieuses du pays. Son nom est tiré d’un film chinois très populaire qui s’intitule The Wandering Earth 2, un film de science-fiction dans lequel le superordinateur s’appelle MOSS. Malheureusement, la vie publique de MOSS l’IA n’aura duré qu’un bref instant le 21 février 2023.

MOSS, l’IA qui a souffert de la comparaison avec ChatGPT

Comme le tweet l’a si bien décrit, l’Intelligence Artificielle développée par l’équipe scientifique de Fudan a crashé seulement quelques heures après son lancement. En effet, l’engouement du public a entraîné un afflux d’utilisateurs que le réseau neuronal du système ne pouvait pas supporter. Les créateurs de MOSS ont ainsi été dans l’obligation de fermer l’IA. Ils ont d’ailleurs déclaré que MOSS ne sera plus disponible pour un usage public. Peut-on alors parler de flop ?

Eh oui, face à cette entrée en la matière qui est retombée comme un soufflé, les internautes se sont précipités pour faire la comparaison avec ChatGPT. En effet, des témoignages comme quoi le ChatGPT chinois n’était pas aussi performant que l’IA américaine a fait quelques vagues. Le fait que MOSS soit plus à l’aise avec l’anglais et bien moins avec le chinois n’a pas été bien accueilli.

Pour rappel, ChatGPT a été développé par OpenIA. Sa capacité à générer des conversations humaines et à produire des textes cohérents et pertinents a séduit plus de 100 millions d’utilisateurs en deux mois. Rien de tel qu’une IA qui a planté au bout de quelques heures pour confirmer la suprématie de ChatGPT dans le domaine de l’Intelligence Artificielle.

Les créateurs de MOSS ont d’ailleurs déclaré « MOSS est encore un modèle très immature, il a encore un long chemin à parcourir avant d’atteindre ChatGPT. Un laboratoire de recherche universitaire comme le nôtre est incapable de produire un modèle dont la capacité s’approche de ChatGPT ».

MOSS, un lancement précipité

Il est vrai que MOSS a été retiré de l’usage public. Cependant, avec une réduction du nombre de participants, l’IA fonctionne parfaitement dans un réseau plus restreint. Eh oui, les moyens techniques de l’université ne permettent pas encore à MOSS de se faire valoir comme un concurrent sérieux de ChatGPT malgré les efforts de communication autour du projet.

D’ailleurs, encore une fois les déclarations des scientifiques de Shanghai viennent renforcer cette idée en expliquant le crash de MOSS « Nos ressources informatiques n’étaient pas suffisantes pour supporter un trafic aussi important et, en tant que groupe universitaire, nous n’avons pas suffisamment d’expérience en matière d’ingénierie ». Malgré cette précipitation, les ingénieurs chinois sont sur le développement du projet et vu le grand intérêt du public chinois, les IA chinoises n’ont pas encore dit leur dernier mot.

Afficher Masquer le sommaire