Prime de 100 euros covoiturage : les démarches à faire pour l’avoir

Mode de déplacement écologique, le covoiturage se démocratise tant bien que mal en France. En 2022, des statistiques font état de 900 000 trajets de covoiturage par jour. Pour multiplier ce nombre par trois, l’État français a mis en place le plan national covoiturage au quotidien.

Au profit de ce dernier, une prime de 100 euros sera versée aux nouveaux covoitureurs. En quoi consiste la prime 100 euros covoiturage ? Qui peut en bénéficier ? Quelles sont les conditions fixées et quelles démarches faut-il faire pour l’avoir ? Ce billet expose les réponses à toutes vos interrogations.

A lire en complément : Où acheter la vignette Crit air ?

Covoiturage au quotidien : présentation et enjeux du plan national

Cela fait maintenant plusieurs années que l’État français a identifié le covoiturage comme un levier important de la baisse de l’émission de CO2. Cette habitude de déplacement est aussi avantageuse sur le plan de la mobilité durable, car elle réduit considérablement les embouteillages.

En dépit des opportunités que présente le covoiturage, il reste peu exploité en France. En 2022, 900 000 trajets de covoiturage sont effectués quotidiennement. Autre statistique intéressante, les trajets de covoiturage représentent seulement 3 % des déplacements pour se rendre au travail. Pour inverser la tendance et inciter le maximum de Français à se mettre au covoiturage, le gouvernement français a mis en place le plan national covoiturage au quotidien.

A découvrir également : Puis-je refaire mon permis gratuitement ?

Covoiturage au quotidien ambitionne de tripler le nombre de trajets de covoiturage à l’horizon 2027. Au moins 3 000 000 de trajets quotidiens de covoiturage sont notamment attendus en 2027. Pour inciter les conducteurs à faire la transition vers le covoiturage, l’exécutif a prévu une prime de covoiturage de 100 euros.

Les conditions d’éligibilité à la prime de 100 euros covoiturage

Encore appelée prime de 100 euros, la prime covoiturage n’est pas adressée à tout le monde. Seuls les nouveaux covoitureurs à compter du 1er janvier 2023 peuvent en profiter. Les covoitureurs habituels ne sont donc pas concernés par cette prime. Quatre conditions d’éligibilité sont fixées pour avoir la prime de 100 euros.

Pour bénéficier de la prime covoiturage, il faut avant tout être titulaire d’un permis de conduire. C’est la condition de base. Deuxièmement, il faut réaliser ses trajets de covoiturage via un opérateur certifié. Une liste est notamment prévue à cet effet. Troisièmement, il faut effectuer son premier trajet de covoiturage en 2023.

Au moins 9 autres trajets de covoiturage doivent être effectués dans les trois mois qui suivent le premier trajet. La dernière condition en vigueur, touche à la distance des trajets de covoiturage. Il doit notamment s’agir de trajets courte distance réalisés en France sur une distance inférieure ou égale à 80 kilomètres.

Zoom sur les opérateurs éligibles à la prime de covoiturage

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Instagram

On compte en France plus d’une vingtaine d’opérateurs certifiés dans le Registre de preuve de covoiturage. C’est de ce registre que sont notamment choisis les opérateurs éligibles à la prime de covoiturage. Seuls les trajets réalisés via les plateformes de ces opérateurs peuvent permettre de bénéficier de la prime de covoiturage.

En 2022, une liste de huit opérateurs éligibles a été rendue publique. Sont concernés, BlaBlaCar Daily, Ynstant, Karos, Coopgo, La roue verte, Klaxit, Ecov et Mobicoop. De nouvelles plateformes de covoiturages vont s’ajouter à la liste des opérateurs éligibles. Pour précision, chaque nouveau covoitureur est libre de choisir sa plateforme.

Récap des démarches à faire pour avoir la prime de 100 euros covoiturage

Pour récapituler, il faut accomplir plusieurs actions pour avoir la prime de covoiturage. Pour commencer, il faut s’inscrire sur une plateforme de covoiturage éligible. L’inscription doit être complétée après le 1er janvier 2023. Choisissez minutieusement votre plateforme de covoiturage. N’hésitez pas à mettre les opérateurs éligibles en concurrence pour vous inscrire chez celui qui vous semble le plus fiable et le plus exploité.

Lors de votre inscription, tâchez de vous créer un profil convivial et rassurant. Fournissez tous les détails demandés pour attirer le maximum de covoitureurs. Gardez à l’esprit que pour bénéficier de la prime, vous devez valider plusieurs trajets quotidiens. Faites donc des recherches en amont pour mettre toutes les chances de votre côté afin de vite remplir les conditions relatives au nombre de trajets.

Après inscription sur la plateforme de covoiturage, il vous faut rapidement enregistrer votre premier trajet. Lorsque vous réalisez celui-ci, le système est mis en branle. Un délai de trois mois vous est accordé pour faire neuf autres trajets sous peine de recevoir une prime incomplète. Lorsque vous accomplissez toutes ces démarches, vous percevez la prime de 100 euros sans covoiturage.

Versement de la prime de covoiturage ; voici comment ça va se passer

Il est important de savoir que le versement de la prime de covoiturage est assuré par les plateformes de covoiturage. Le versement de la prime se fait en deux temps. Premièrement, le nouveau covoitureur est éligible à une prime de 25 euros après son premier trajet. La prime lui est versée par la plateforme au plus trois mois après le premier trajet.

Lorsqu’il valide son dixième trajet dans le délai qui lui est imparti, le nouveau covoitureur est éligible au complément de 75 euros. Le versement de ce montant est encore assuré par la plateforme dans un délai de trois mois après le dixième trajet.

Plusieurs options sont proposées pour percevoir la prime de covoiturage. Il est possible de la percevoir en espèce. C’est le procédé classique. Si vous le souhaitez tout de même, vous pouvez opter pour les bons d’achat.

Afficher Masquer le sommaire