Quel avenir pour l’immobilier en 2022 ?

Après la crise économique engendrée par la pandémie Covid-19 qui secoue le monde depuis 2020, c’est au tour de l’inflation et de la guerre en Ukraine d’affecter le marché de l’immobilier. Les prix ne cessent de grimper en ce qui concerne les logements neufs. Il est aussi possible que ces divers évènements aient encore des effets sur les prix de l’immobilier en 2022. Il est donc normal de se demander quel avenir réserve l’année 2022 à ce secteur.

Quel est le visage du marché de l’immobilier en 2022 ?

La pandémie du coronavirus a grandement agi sur le marché de l’immobilier. De nombreux ménages français ont pris la décision d’opérer des changements radicaux dans leur mode de vie. Cela est d’abord passer par le télétravail. Ce mode de travail a été au début de la pandémie une obligation, mais de nos jours, le télétravail est un choix.

Puisqu’il n’est plus nécessaire de rester en ville pour travailler, de nombreux ménages français ont opté pour l’exode urbain. Cela a donc grandement affecté le marché de l’immobilier.

Il faut dire que la tendance à l’exode urbain a démarré depuis 2021. En effet, au cours de cette année, on a recensé une sensible régression en ce qui concerne l’achat d’appartements dans les grandes métropoles. Dans le même temps, l’achat des maisons avec extérieur localisées dans des villes plus modestes a connu une recrudescence.

Cette disparité entre l’augmentation du prix des maisons et celui des appartements est remarquable par le prix d’achat de ces habitations. En effet, en France, le prix des maisons a subi une hausse de 9 % entre janvier et octobre 2021. Durant la même période, le prix des appartements a seulement grimpé de 5,2 %.

Une différence qui semble indiquer que le nouvel eldorado des acheteurs immobiliers en 2022 sera la campagne. Dans certaines campagnes, on a pu constater une augmentation de l’indice des prix au mètre carré. Ce constat est réel dans des agglomérations comme Vannes, Poitiers ou Cherbourg.

En 2022, la tendance à l’exode urbain devrait se confirmer. Ce qui va sûrement entraîner une hausse du prix des habitations dans les campagnes. Néanmoins, ce n’est pas une raison pour enterrer l’investissement dans les grandes villes françaises. En effet, ces métropoles présentent un avantage de taille qui demeure leur attractivité économique.

Quelle évolution des prix de l’immobilier en 2022 ?

Depuis 2021, les prix de l’immobilier ne cessent de grimper. Néanmoins, en 2022, il semble qu’il y aura un changement de tendance. Cela devrait se traduire par une certaine stabilisation des prix du marché de l’immobilier.

D’après une étude de S&P, la croissance des prix de l’immobilier sera seulement de 2 % en moyenne dans l’Hexagone. Cette stabilisation des prix de l’immobilier peut s’expliquer par diverses raisons :

  • De nombreux prometteurs immobiliers reportent leurs projets d’achats de biens immobiliers. En effet, le manque de bien immobilier à vendre se fait sentir ;
  • 2022 représente une année électorale. Lorsqu’un président doit être élu, cela met les acteurs du marché de l’immobilier dans une forme d’attentisme.
  • Le Haut Conseil de la Stabilité Financière a pris des décisions dans le but de prévenir le risque de surendettement. Cela a eu pour effet de freiner l’accès au crédit immobilier de certains ménages français.
  • De nombreux acheteurs ont été découragés par la forte hausse du prix de l’immobilier dans certaines zones. Il faut dire que l’augmentation du prix de l’immobilier est beaucoup plus rapide que celui du pouvoir d’achat.

2022 pourrait être l’année qui va redonner du pouvoir aux acteurs du marché dans les différentes transactions immobilières.

Une forte disparité de la hausse des prix dans l’ancien selon les régions

Il est vrai que l’année 2022 devrait connaitre un certain tassement des prix de l’immobilier de façon générale. Néanmoins, il faut dire que dans certaines zones, on observera quand même des hausses de l’ordre de 10 %.

Cette forte hausse dans certaines grandes villes peut s’expliquer par la forte attractivité de ces pôles économiques. Dans certaines villes comme Bergerac ou Melun, le prix de l’immobilier dans l’ancien devrait connaitre la même hausse que celle de 2021. Cela risque d’être le même cas dans des villes telles que :

  • Nancy (+6,4 % en 2021) ;
  • Tours (+ 6,7 % en 2021) ;
  • Brest (+ 7,1 % en 2021) ;
  • Le Havre (+ 7,4 % en 2021) ;
  • Angers (+ 7,5 % en 2021) ;
  • Limoges (+ 7,9 % en 2021) ;
  • Pau (+ 7,9 % en 2021) ;
  • Béziers (+ 8,5 % en 2021) ;
  • Reims (+ 9,4 % en 2021) ;
  • Poitiers (+ 10,3 % en 2021) ;

En ce qui concerne les loyers, on devrait assister à une stabilisation des prix en 2022.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis