Comment reconnaitre une loi ?

Depuis des décennies, afin d’assurer la paix et la tranquillité du monde, l’homme a mis en place certaines normes ou limites dans les actions de chacun. Il s’agit des règlementations et des lois. Découvrez, dans cet article, les caractéristiques d’une loi.

La loi respecte la volonté générale

Toujours dans le précieux but d’éviter les conflits entre semblables sur leur territoire, les différents états du monde ne cessent d’instaurer des préceptes dans leur système de justice. Ces décisions ne représentent rien d’autre que des mesures de base, des dispositions légales ou des lois émises pour le bien-être de tous. En effet, avant qu’une décision ne réponde à l’appellation de loi, il est nécessaire qu’elle respecte dans son essence les différents caractères de la loi. Tout comme l’indique sa définition, le premier caractère de la loi reste l’expression de la volonté générale. Ainsi, toute décision que l’ensemble du peuple ne ratifie pas est nulle et sans effet. La loi exige l’avis et l’instigation de chaque citoyen. De ce part, un organe législatif constitué des personnes représentant la voix du peuple est mis en place pour faire ces lois.

La loi promeut le bien commun

La loi, de sa nature juridique, porte pratiquement atteinte à tous les aspects de la vie au quotidien. En fait, la primauté de cette dernière au sens de son principe démocratique protège les hommes dans tous les domaines de la vie. Ce qui représente d’ailleurs un critère capital de la loi : le bien commun. Ce caractère quant à elle repose sur la loi du bien et du mal de la nature. Une décision à but légal doit alors profiter à long terme à l’ensemble des membres de la communauté. C’est ainsi qu’il existe des lois pour guider des situations de crimes tels que le meurtre, le vol et aussi des lois dictant les règles de conduite.

Le caractère équivalent de la loi

Par ailleurs, une autre dimension qui caractérise une loi est l’équivalence de tous. Aux yeux de la loi, tous les hommes sont égaux. Aucune distinction de race, de sexe ou de religion n’est acquiescée. En effet, dans l’élargissement des principes de la loi, les biens matériels, les caractères physiques, le rang social ou encore les antécédents prodigieux ne représentent en aucun cas des références juridiques. Cependant, il devient impossible de reconnaitre une décision qui priorise une catégorie de personnes que d’autres comme une loi. Néanmoins, entre les mains de mauvais dirigeants, la loi est susceptible de devenir un instrument pour la satisfaction personnelle. Il convient alors de porter une attention particulière aux personnes auxquelles il faut léguer le pouvoir législatif d’un État.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis