Prêt-à-porter : la liste des ces magasins que vous ne verrez plus

Ce samedi 1er octobre, les 511 boutiques françaises Camaïeu fermeront leurs portes pour la dernière fois. Cependant, l’entreprise n’est pas la seule du secteur du prêt-à-porter à être dans la tourmente, et certaines marques pourraient en mourir.

Qui sera la prochaine victime ?

C’est la question qui taraude le marché du prêt-à-porter aujourd’hui, quelques jours après la fermeture définitive de la marque Camaïeu. Le tribunal de commerce de Lille a prononcé la liquidation judiciaire de la marque le mercredi 28 septembre 2022, signant la fin de près de 40 ans d’existence et le licenciement de 2600 personnes. La marque n’est pas la seule à s’inquiéter de sa situation financière. Selon les analystes, la marque Pimkie pourrait bientôt suivre le même chemin.

A lire en complément : Comment choisir le noeud papillon futuriste parfait pour vous

Celio est placée en procédure de sauvegarde depuis 2020, La Halle a été placée sous la protection du tribunal de commerce puis vendue au groupe Beaumanoir, tandis que Pimkie est sur le marché depuis cet été…. Depuis 2020, plusieurs des entreprises les plus reconnues de l’industrie textile sont confrontées à de sérieuses difficultés.

L’explication avancée est, avant tout, la Covid-19. Ces marques ont dû garder leurs portes fermées tout en continuant à payer leurs loyers puisqu’elles ont été classées comme non essentielles lors du confinement initial. Camaïeu a plus de 240 millions d’euros de dettes, dont 70 millions uniquement pour des loyers impayés.

A découvrir également : Comment bien porter des bretelles transparentes ?

Camaïeu, Pimkie et les autres

Camaïeu a fermé ses portes dernièrement. Elle compte plus de 500 magasins. Sa faillite, annoncée à la fin de l’année dernière, deux mois après son placement en redressement judiciaire, a entraîné la perte de 2600 emplois.

L’enseigne nordiste, qui avait pignon sur rue, a vu une file de consommateurs se former devant ses magasins quelques jours avant sa fermeture définitive, fin septembre, pour profiter du déstockage. Camaïeu, en difficulté depuis de longues années, n’a pas réussi à redresser sa situation financière malgré la reprise par son actionnaire principal HPB en 2020.

Pimkie, qui compte 232 magasins et 1 500 employés, est une autre entreprise bien connue du prêt-à-porter français qui sera bientôt vendue en raison de difficultés financières. La chaîne d’habillement est en pourparlers depuis plusieurs mois avec un groupe composé de Lee Cooper, Kindy et Ibisler Tekstil. Selon les syndicats, un déménagement imminent pourrait entraîner la perte de 500 emplois.

Kooka est une autre victime. L’entreprise a été placée en redressement judiciaire il y a quelques jours. Cependant, l’entreprise de mode féminine, qui compte 121 points de vente en France, ne fermera pas ses portes et continuera à fonctionner pour le moment. Le luxe se porte bien, mais le prêt-à-porter est à la peine.

Cop.Copine a mis fin à son activité.

Cop.Copine est la dernière marque à suspendre ses activités, faute d’offre de reprise globale. Elle ferme ses portes après 37 ans d’activité et l’annonce de son redressement judiciaire en novembre dernier. Cependant, tout n’est pas perdu : le groupe de prêt-à-porter féminin Antonelle a fait une offre de reprise partielle. Selon Fashion Network, ce dernier reprendrait 23 des 48 points de vente qui porteront bientôt son nom.

Selon Fashion Network, les autres magasins de l’entreprise, ainsi que son siège et sa marque, cesseront d’exister, tandis qu’environ 90 employés de Cop.Copine feront l’objet d’un plan de licenciement.

Cop.Copine disparaîtra bientôt de Paris, Rennes, Saint-Etienne et de nombreuses autres grandes et moyennes villes françaises, tout comme les noms de ses consœurs qui ont succombé aux impacts de la crise sanitaire, de l’inflation et de l’avènement du e-commerce.

La CIty

La City était une marque spécialisée dans les vêtements pour dames métropolitaines. Elle comptait plus de 70 points de vente en France en 2010. Le groupe Beaumanoir l’a reprise l’année suivante (Cache-Cache, Morgan, Caroll). Aujourd’hui, La City a disparu de nos centres commerciaux.

LMV

LMV : trois lettres pour  » La mode est à vous « . Elle a été fondée à Toulouse et est détenue par le distributeur toulousain Freducci. Elle se développe sur l’ensemble du territoire français. Elle comptait plus de 80 magasins en 2015. Elle recherche un repreneur pendant la période de cessation de paiement en 2018.

Cette année-là, le tribunal de commerce de Toulouse prononce la liquidation judiciaire.

MIM

MIM, fondée en 1976, propose des vêtements à prix abordables. Elle s’est positionnée sur une ligne de vêtements pour les 18-25 ans depuis 1992. MIM est vendu dans 353 points de vente à travers le pays. Dix ans plus tard, la firme anglaise New Look rachète une partie de l’entreprise afin de se développer en France. MIM disparaît totalement en 2008.

Scottage

Scottage est une marque destinée aux femmes âgées de 40 à 60 ans. Avec une particularité : elle proposait sa ligne jusqu’à une taille 52, un créneau où les marques de prêt-à-porter sont relativement peu nombreuses. Le groupe Beaumanoir mettra fin à la marque en 2019. Morgan a pris sa place dans différents centres commerciaux.

Xanaka

Xanaka, fondée en 1999, s’adressait aux femmes de 25 à 35 ans avec un assortiment époustouflant à un prix accessible. Suite à des difficultés financières, une restructuration a été effectuée en 2011. Elle a été remplacée par Grain de Malice, qui a été créée par un ancien employé de Phildar et exploite toujours 194 points de vente.

Afficher Masquer le sommaire