Après une précédente annulation par le Conseil d’État, Elisabeth Marty est de nouveau élue maire de la commune de Saint-Astier en Dordogne !

Comme l’a recommandé le Conseil d’État, une nouvelle élection municipale a été organisée à Saint-Astier en Dordogne ce dimanche 5 septembre. Un scrutin au cours duquel Elisabeth Marty s’impose une nouvelle fois devant son adversaire Daniel Benoist.

La maire sortante de la droite, Elisabeth Marty reste aux commandes de la commune de Saint-Astier en Dordogne. Elle remporte à nouveau le scrutin municipal face à son chalengeur Daniel Benoist. En effet, cette nouvelle élection fait suite à l’annulation de celle de juin 2020 qui a été organisée en violation du code électoral. Toutefois, cette décision n’a pas empêché les votants de plébisciter la maire sortante.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Elisabeth Marty (@elisabethmarty)

54,78 % pour Elisabeth Marty

La maire de la droite confirme son emprise sur la municipalité de Saint-Astier en Dordogne. Elle s’offre une nouvelle victoire à l’issue de la nouvelle élection organisée ce dimanche 5 septembre. La particularité est l’avance confortable dont elle a bénéficié lors de cette nouvelle élection municipale.

En 2020, à l’issue de la première élection, Elisabeth Marty ne disposait que de 17 voix de plus que son adversaire socialiste. Cependant, pour cette fois-ci, elle compte 256 voix d’avance sur Daniel Benoist. Ce qui porte son score à 54,78 %.

Mieux, le taux de participation est plus important. Près de 66 % des électeurs se sont déplacés aux urnes contre 60 % lors de l’élection de juin 2020.

Avec cette performance, Elisabeth Marty s’offre 23 sièges au sein du conseil municipal contre 6 pour Daniel Benoist. Ce dernier se dit affecté par le résultat. Cependant, il ne regrette pas du tout d’avoir introduit un recours qui a débouché sur la reprise de l’élection de 2020.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Elisabeth Marty (@elisabethmarty)

Une annulation sur fond de manœuvre à altérer la sincérité du scrutin

L’annulation de l’élection de 2020 a été décidée en premier lieu par le tribunal administratif de Bordeaux. Cet acte a été pris suite à un recours déposé par le candidat socialiste qui est arrivé deuxième à l’issue du second tour. Il conteste la réélection d’Elisabeth Marty.

Il reproche à l’équipe de la maire sortante d’avoir distribué un tract dans toutes les boites aux lettres de la municipalité juste à quelques heures du terme de la campagne. Daniel Benoist dit n’avoir pas eu le temps nécessaire pour répondre à ce tract. Ce qui va à l’encontre des dispositions en vigueur.

Pour rendre sa décision, le tribunal administratif a pris en considération l’article 48-2 du code électoral. Cette disposition stipule : « il est interdit à tout candidat de porter à la connaissance du public un élément nouveau de polémique électoral à un moment tel que ses adversaires n’aient pas la possibilité d’y répondre utilement avant la fin de la campagne électorale ».

De même, d’après les juges, cet acte « met en cause la probité et l’honorabilité de l’intéressé et outrepasse les limites de la polémique électorale ».

Cette décision rendue par le tribunal administratif de Bordeaux sera à son tour contestée par Elisabeth Marty qui dépose un recours devant le Conseil d’État. Cependant, sa requête sera rejetée. C’est ainsi que l’organisation d’une nouvelle élection a été décidée.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis