Eric Zemmour n’est toujours pas le bienvenu à Bordeaux, des manifestants s’opposent à sa venue ! 

Toujours en tournée de promotion de son livre « La France n’a pas encore dit son dernier mot », Eric Zemmour peine à se faire accepter par tous. Après de nombreuses raclées ayant chamboulé ses meetings-dédicaces le mois dernier, le polémiste fait face à de nouveaux obstacles.

Toujours en tournée de promotion de son livre « La France n’a pas encore dit son dernier mot », Eric Zemmour peine à se faire accepter par tous. Après de nombreuses raclées ayant chamboulé ses meetings-dédicaces le mois dernier, le polémiste fait face à de nouveaux obstacles. Cette fois, c’est à Bordeaux que des manifestants, munis de pancartes et autres affiches hostiles ont opposé leur « non » à son arrivée.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Eric Zemmour (@ericzemmour_)

Un important dispositif policier

Après une mobilisation qui s’est déroulée dans le calme jeudi devant la mairie, à l’appel du candidat NPA à la présidentielle Philippe Poutou, environ 150 personnes se sont rassemblées vendredi soir à Bordeaux pour s’opposer à la tenue d’un meeting du polémiste d’extrême droite et candidat potentiel à la présidentielle Eric Zemmour, prévu au Palais des Congrès.

Munis de pancartes « Pas de fachos à Bordeaux » et « Zemmour, casse-toi, Bordeaux est antifa », les manifestants se sont réunis devant le stade Matmut Atlantique, dans le nord de la ville, près du Palais des Congrès (1 300 places) où est attendu Eric Zemmour.

En déplacement officiel pour la promotion de son dernier livre, le polémiste, probable candidat à la présidentielle, doit également intervenir sur le thème de l’économie, sujet qu’il ne juge pas prioritaire et sur lequel il est accusé de manquer de propositions.

Les manifestants, qui ont répondu à l’appel du collectif « Révolution Permanente », une ex-branche du NPA (Nouveau parti anticapitaliste), se sont dirigés en direction du Palais des Congrès avant d’en être tenus à quelques centaines de mètres de distance par un important dispositif policier. Aucun incident majeur n’a été signalé.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Eric Zemmour (@ericzemmour_)

Des journalistes de Sud Ouest recalés au meeting

La dédicace a été un succès, puisque le polémiste a rassemblé quelque 1300 partisans. En effet, au nombre de médias locaux présents pour couvrir l’évènement, tous n’étaient pas les bienvenus. C’est le cas du quotidien Sud Ouest qui s’est vu refuser les accréditations nécessaires. « Nous avons appris cette interdiction la veille et cela a été corroboré par SMS le jour même, par le chargé de communication d’Eric Zemmour. Je me suis rendu sur place peu avant le meeting, pour me le faire confirmer verbalement et en effet, je n’ai pas pu rentrer dans la salle, je suis resté sur le parvis », confirme un journaliste présent sans accréditation.

Un choix expliqué et assumé par l’association les Amis d’Eric Zemmour. Contacté, Arnaud Humbert, le coordinateur de l’association pour la Nouvelle-Aquitaine explique le refus d’accréditations aux journalistes de Sud Ouest, condamnant notamment le traitement médiatique du meeting du mardi 26 octobre, à Biarritz.

« J’assume totalement le refus d’accréditation de Sud Ouest. Le mois dernier, ils ont relayé l’appel à la mobilisation contre Eric Zemmour avant sa conférence à Biarritz. Bien qu’accrédités, l’article qu’ils ont sorti est consacré à 90 % aux manifestants, n’hésitant pas à parler de heurts entre anti et pro Zemmour, alors que seuls les policiers ont été pris à parti par les manifestants, qui ont attaqué leurs véhicules (…) pour finir l’article avec un faible paragraphe sur le fait qu’il y avait 1500 personnes, et ce, sans jamais citer Eric Zemmour sur le fond », a justifié M. Humbert.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis