Les mobilisations contre le pass sanitaire sont en nette régression, manœuvre politique ou rétropédalage ?

Pour le 16e week-end consécutif, environ 25 140 personnes se sont mobilisées contre le pass sanitaire, selon les estimations du ministère de l’intérieur. Un chiffre de participation en nette régression comparativement à la semaine dernière, malgré les 168 manifestations recensées sur l’ensemble du territoire.

Pour le 16e week-end consécutif, environ 25 140 personnes se sont mobilisées contre le pass sanitaire, selon les estimations du ministère de l’intérieur. Un chiffre de participation en nette régression comparativement à la semaine dernière, malgré les 168 manifestations recensées sur l’ensemble du territoire. Dans la capitale, le ministère a dénombré 3 320 manifestants avec quatre cortèges déclarés à la préfecture de la police.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par ’ (@media.actus)

Des chiffres en baisse

Le week-end dernier, environ 40 000 manifestants avaient manifesté sur l’ensemble du territoire français. À Paris, ils étaient 5 090 à Paris à manifester leur opposition au pass sanitaire. Des chiffres revus par le collectif militant Le Nombre Jaune, qui avait publié par la suite son décompte estimé à 73 130 manifestants.

Cette semaine, ils n’étaient plus que 25 140, une régression qui justifie de la perte d’ampleur des protestations contre le pass sanitaire. Lancée depuis mi-juillet, la mobilisation contre les protocoles mis en place pour encadrer la propagation du coronavirus est en baisse depuis le 7 aout et un pic de 237 000 manifestants enregistré selon les autorités.

En marge de la mobilisation de ce 30 octobre, trois personnes ont été interpellées selon le ministère de l’Intérieur et aucun membre des forces de l’ordre n’a été blessé.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Brittney (@brittney.888)

La date limite de prolongation du pass sanitaire révisée

Alors qu’elle était programmée pour le 31 juillet 2022, le sénat, dominé par l’opposition de la droite a ramené au 28 février, la date limite pour lever les protocoles d’encadrement du covid-19, dont le pass sanitaire. Dans la suite de la navette parlementaire, les députés pourront revenir sur les modifications introduites par le sénat. Déjà, le Conseil d’État a validé vendredi 29 octobre la fin de la gratuité des tests de confort pour détecter le covid-19.

Des mesures qui interviennent au moment où l’épidémie connait un rebond en France et partout en Europe, et pour cause, l’approche de l’hiver. Avec 55 nouveaux cas pour 100 000 habitants, le taux d’incidence était en nette hausse durant la semaine du 18 octobre. Le seuil d’alerte de 50 a été même franchi, selon Santé Publique France qui a évalué à 5 276, les cas positifs au covid-19 diagnostiqués quotidiennement cette semaine.

La hausse des cas de contamination se traduit par l’augmentation du nombre de nouvelles hospitalisations (1281 ; +2 %) corrélée avec une hausse des nouvelles admissions en soins intensifs (346 ; +12 %). À cette date, 6 500 patients reçoivent des traitements dans les hôpitaux français, dont un peu plus de 1 000 en soins critiques. Depuis son invasion en France, la pandémie du coronavirus a fait plus de 117 000 morts alors que plus de 51 millions des Français ont déjà reçu au moins une première dose de vaccin.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis