Présidentielle 2022 : Montebourg veut traduire en justice les imams qui appellent à désobéir à la loi !

Arnaud Montebourg a été le grand invité de la Fête de la rose de Frangy-en-Bresse ce samedi 25 septembre 2021. L’occasion pour l’ancien ministre de faire connaître les grandes lignes de son projet de société.

Arnaud Montebourg a été le grand invité de la Fête de la rose de Frangy-en-Bresse ce samedi 25 septembre 2021. L’occasion pour l’ancien ministre de faire connaître les grandes lignes de son projet de société. Dans son discours, le candidat s’en est pris aux imams qui se dérobent à la loi de la République. Il promet de les traduire en justice.

Les imams et prédicateurs indélicats bientôt en correctionnelle

Dans son discours de 45 minutes lu devant la foule lors de la Fête de la rose de Frangy-en-Bresse, Arnaud Montebourg a fait de sa cible les imams et prédicateurs « qui appellent à désobéir à la loi ». « Nous n’accepterons jamais que l’islamisme politique impose à notre pays sa conception éducative et obscurantiste du monde, sa conception des relations entre les femmes et les hommes qui mettent en cause la neutralité du service public », annonce-t-il dans son discours.

Même si les auteurs de cette profanation sont minoritaires, l’ancien ministre affirme qu’ils méritent d’être traduits en justice. « Aujourd’hui, ce sont certains imams, heureusement très minoritaires, qui appellent à désobéir à la loi, des prédicateurs et individus qui intimident les femmes qui ne portent pas le voile à la convenance des hommes, qui doivent être traduits en correctionnelle », souligne l’ancien socialiste.

Arnaud Montebourg parle de la « remontada »

À 7 mois de la présidentielle, l’ancien ministre de l’Économie, du redressement productif et du numérique est mal classé dans les sondages. Il est crédité de 2 à 3 % des intentions de vote. Cependant, l’homme estime que la compétition est loin d’être jouée d’avance. Il promet de réaliser la remontada. Sa stratégie est de persuader les Français avec son programme de société dont certaines grandes lignes ont été dévoilées à l’occasion de cet événement.

Dans son programme, Arnaud Montebourg a fait la part belle à l’éducation. Il dénonce l’encombrement du secteur avec une panoplie de réformes. Une fois élu président de la République, l’ancien député socialiste souhaite mettre fin à ces réformes qui n’apportent pas une plus-value à la communauté éducative. De plus, il envisage de revaloriser les salaires des professeurs. « Nous devons faire du métier de professeur, un métier bien payé, attractif », a-t-il promis.

Eric Zemmour, un extrémiste à la mode

L’ancien président de la région Saône-et-Loire a également commenté les prises de position du potentiel candidat Eric Zemmour, notamment sur l’islam. Le polémiste a toujours clamé que l’islamisme n’est pas compatible avec la France. Une affirmation que rejette Arnaud Montebourg.

« J’ai entendu un extrémiste à la mode, qui bénéficie à l’année d’heures de télévision gratuite, proclamer dernièrement que l’islam ne serait pas compatible avec la République et qu’il conviendrait en conscience de débaptiser les prénoms à consonance et d’origine étrangère. Notre nation n’est pas une nation ethnique. Elle est une nation civique, politique, unique. Ce n’est pas notre sang, notre religion, notre origine commune qui fait notre ciment. Notre ciment, c’est le projet, le contrat républicain », clarifie ainsi le candidat de la gauche.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis