À Limoges, les effets du CBD divisent !

Limoges n’échappe pas à la règle et comme dans d’autres villes de France, elle voit de nombreuses enseignes émerger dans le paysage pour répondre à une demande croissante des consommateurs.

Mais cet enthousiasme n’est pas partagé par le gouvernement malgré l’aval donné par l’Union Européenn.

En effet, Valentin et Aymerick Cane, deux frères, ouvrent une succursale O’CBD Shop à Limoges à une époque où la législation européenne au sujet du CBD est encore floue. Ils sont alors placés en garde en vue pour cause de vente illicite et voient leur magasin être perquisitionné.

Vendre mais ne pas produire : la loi française sur le CBD

Les charges ne sont ensuite pas retenues et les deux frères relâchés suite à un arrêt de la Cour de Justice de l’Union Européenne qui autorise la vente et la commercialisation du CBD sous certaines conditions. Un pays ne peut donc pas interdire sa commercialisation au niveau national en vertu de la libre circulation des marchandises au sein de l’UE.

Les commerçants ne peuvent cependant pas se tourner vers une production purement française puisque l’État français refuse la vente directe de la production même s’il autorise l’exploitation de la plante sur son territoire. Il est donc nécessaire de passer d’abord par un achat à l’étranger. Cette interdiction à double tranchant empêche le pays de tenir tête à ses concurrents.

Quel usage du CBD ?

Dans la plupart des magasins de CBD, la clientèle se fournit un produit brut en général pour soigner une addiction ou pour des raisons de santé variées.

En effet, s’il est interdit de vendre ce produit comme médicament, l’Union Européenne reconnaît malgré tout les effets vertueux de la substance comme un autre complément alimentaire. Il est vrai que cette plante soigne de nombreux problèmes : difficultés d’endormissement, douleurs articulaires, rougeurs de la peau, sentiment de stress…

Les jeunes comme les personnes âgées se rendent alors en boutique pour consommer ce produit. La difficulté est aussi l’adaptation des contrôles de police à ce produit. En effet, le CBD est produit à partir de cannabis mais ne présente pas de THC. En Belgique, la police s’est aussi adaptée en mettant en place des tests qui permettent de faire la différence entre CBD sans THC et drogue pure qui contient du THC. La France ayant peu évolué sur le sujet elle ne possède qu’un seul laboratoire consacré à l’étude du CBD alors même que la CBD-mania a converti de nombreuses villes françaises.

L’avis des scientifiques

Le centre antidouleur de Limoges ne consacre pas encore d’études au CBD dont la prise est même déconseillée puisque les arguments scientifiques en sa faveur ne sont pas encore assez variés et que des effets inconnus ne sont toujours pas décelés.

Le Dr. Espagne-Dubreuilh déclare que le CBD pourrait présenter un possible effet placebo puisqu’il n’est pas encore possible d’affirmer que la molécule au sein du CBD est à l’origine de la baisse des douleurs. Les patients qui prennent ce produit auraient de fortes attentes et l’espoir mis dans le produit affecterait le pan neurologique en poussant à la sécrétion d’une substance interne régulatrice de douleur.

Le centre antidouleur préconise des médecines alternatives pour éviter une surdose de médicaments mais ce produit a aussi des effets secondaires possibles, notamment en cas de dose trop importante de THC. Ainsi, le CBD est une alternative conseillée par le centre qui préconise néanmoins la prudence face aux effets secondaires encore inconnus du produit.

 

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis