Une série culte qui a connu son heure de gloire dans les années 80 vous rappelle le bon temps.

Cela porte notamment sur Lesuire Suit Larry. Actuellement, il s’agit d’un épisode tout neuf avec Lesuire Suit Larry :  Wet Dreams Don’t Cry.

Les essentiels sur ce dernier opus

La série est apparue sur PC vers l’automne 2018 et la version qui sort actuellement débarque sur Nintendo Switch. Sur Lesuire Suit Larry : Wet Dreams Don’t cry, on rejoint Larry Laffer.

En fait, il va se trouver brusquement confronté au monde actuel. On a droit à des moments amusants avec des logos de marque, des logos pour un détournement et une part de moquerie par la suite.

Pour en apprendre davantage, consultez cette adresse.

Le contenu de Wet Dreams Don’t Cry

Ainsi, le logo Apple est transformé en Prune via un logo très parlant, avec le leader du nom de BJ. Avec Lesuire Suit Larry, les femmes finissent par remporter la mise avec le personnage qui les prend pour des conquêtes issues de son fantasme.

Après l’introduction, la mise en avant du setup  du jeu permet au héros de disposer d’un score de 90 via Timber. Cela lui donne une ouverture sur la magnifique Faith.

Ensuite, l’aventure continue à travers des itinéraires en ville et différentes zones. On peut aussi participer à des quêtes au niveau des dates pour améliorer le score.

Le système de jeu de Wet Dreams Don’tCry

Grâce au dispositif Point’n Click sur Wet Dreams Don’t Cry, le gameplay demeure accessible. Il suffit de pointer, de cliquer et de passer à l’interaction.

Pour cette fois, le gameplay nécessite le recours à un Smartphone avec les parodies d’applications connues. On peut citer Timber, Instagram et les possibilités de stories.

Par ailleurs, de multiples puzzles sont présents avec l’usage d’objets et de combinaisons d’objets. On peut trouver des chewing-gums, des granités et des plantes vegan au niveau de sa veste.

Le portage proposé sur Lesuire Suit Larry : Wet Dreams Don’t Cry

A propos du portage de l’opus, aucune chute de framerate n’est à signaler. L’aspect sonore propose un doublage de qualité.

Pour les commandes et la maniabilité, on a droit à la maniabilité tactile via un pressage sur la zone ou un pincement pour l’interaction. On peut aussi préférer la maniabilité via la manette.

Pour ce cas, on fait appel au stick droit pas assez performant. Il est recommandé de s’amuser avec une configuration portable sur la Nintendo Switch.

D’ailleurs, le rythme de jeu est bien adapté à une consommation par sessions. Le seul bémol concerne le non renouvellement de la formule et un charme un peu plus présent sur la totalité de l’expérience pour avoir un opus idéal.

Retrouvez tous les éléments du titre en vous rendant ici.

Crédit Photo : techraptor.net & pcgamer.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.