Et finalement, la review de Half-Life Alyx est là !

Oui les amis, j’ai joué ces trois dernières heures à Half-Life : Alyx en une seule séance avec casque VR. Avant Alyx, je n’utilisais jamais la RV pendant plus de 30 minutes d’affilé. Je n’ai pas le mal des transports normalement, mais je suis généralement fatigué de la VR. J’en ai rapidement marre d’avoir un morceau de plastique attaché au visage, de devoir me tenir debout, de me baisser et d’atteindre maladroitement, de ne pas pouvoir vérifier mon téléphone ou prendre une gorgée de café.

Le jeu VR le plus captivant de ce début d’année

Mais je n’ai pas fait de pause, ni même voulu en faire, pendant ce dernier opus de Half-Life : Alyx. Je n’étais pas fatigué. J’étais complètement captivé et je ne voulais pas arrêter de jouer même ma partie sur mon echiquier de luxe a pu attendre.

Quand j’ai joué la fin (pas de spoilers ici, mais croyez-moi, vous voudrez garder votre casque VR allumé pendant le cinématique), j’ai rechargé ma dernière sauvegarde automatique et j’ai joué la fin une deuxième fois. Puis je suis retourné au début du jeu et j’ai recommencé à jouer.

Je n’avais pas beaucoup de doutes sur Half-Life : Alyx et qu’il serait une grande expérience en VR – Valve fabrique son propre casque et son propre logiciel de VR, après tout. Mais j’étais sceptique sur le fait que ça puisse être un jeu « Half-Life » digne de ce nom, et j’étais ravi de découvrir que c’est vraiment le cas.

Flashback vers Half-life 1 dans cette nouvelle version

Bien qu’il soit pris en sandwich entre les événements de Half-Life 1 et Half-Life 2, les répercussions de son histoire se prolongent bien au-delà de l’avenir de la série Half-Life, et ses réalisations techniques laisseront les autres développeurs, une fois de plus, sans voix.

Cinq ans avant les événements de Half-Life 2, Alyx Vance effectue une surveillance et des reconnaissances dans la ville 17 occupée par les combats. Il est super intéressant d’être de retour dans la City 17, si familière mais tellement plus impressionnante en VR, un environnement que je n’ai pas besoin de regarder pour l’admirer mais que je peux parcourir du bout de mes doigts « virtuels » et me retourner le cou pour l’assimiler pleinement.

Quand un scanner de la ville prend ma photo, je mets instinctivement mes mains contre le flash pour aveugler l’appareil. Les Metro Cops semblent plus grands que nature car ils sont maintenant en taille réelle. J’ai déjà vu des Striders, mais là, je regardais le décor fixement, complètement abasourdi, les bâtiments … Pendant les premières minutes, et à de nombreuses reprises tout au long du jeu, j’ai dû m’arrêter, rester immobile et tout encaisser.

Des détails bluffant rendent Half-life Alyx bluffant

Le souci du détail est évident, non seulement dans l’apparence du monde, mais aussi dans la façon dont vous pouvez interagir avec lui. Les mains désincarnées d’Alyx réagissent merveilleusement bien à chaque objet de ce monde, et il est difficile de ne pas rester là à admirer la façon dont mes doigts virtuels se ferment de différentes façons selon ce que je tiens : en me recroquevillant autour d’une bouteille, en serrant doucement une rampe en fer, en tenant un mégot de cigarette entre mon pouce et mon index, en saisissant une cruche d’eau vide par la poignée, en tirant sur l’antenne et en tournant doucement le bouton de réglages d’une radio.

Même le fait de découvrir que je peux prendre un marqueur pour griffonner quelque chose sur une vitre sale, puis de me rendre compte que je peux utiliser une gomme pour l’essuyer, est délicieux. Vous pourriez facilement passer 15 minutes à jouer avec les objets physiques de l’introduction, et c’est exactement ce que j’ai fait.

Une démo que vous allez faire et refaire

Même en lambinant, c’est une introduction étonnamment brève par rapport au premier trajet en train de Half-Life et à la promenade tout aussi longue de Half-Life 2 dans la ville 17. Alors qu’il y a une balade dans les rues de la ville et un voyage en train au début de Half-Life : Alyx, vous serez encore assez rapidement en train de tenir votre premier pistolet et de porter une paire de gants de gravité (ou comme leur inventeur Russell aime les appeler, les « Russells ») qui vous permettent de pointer un objet et de le tirer en l’air grâce à votre main d’un simple et satisfaisant mouvement du poignet.

Combien d’objets ai-je tiré en force sur ma main au cours d’Half-life ? Alyx ? Des centaines ? Mille ? Je ne sais pas, mais ça n’a jamais vieilli.

Après l’intro, vous descendez dans la zone de quarantaine de City 17, un labyrinthe obscur fermé par des murs à l’intérieur des murs

Crédit photo : valve.com


Avatar

Charlie Carteus

Ma mère m'a toujours dit : "Charlie, les jeux vidéos, c'est pas la vie !" ... Je suis content de lui dire aujourd’hui qu'elle avait tort. L'actualité Gaming, c'est bien ma vie maintenant, mon travail même ;)