Invité sur BFMTV ce lundi 27 septembre 2021 Jean François Copé qualifié Éric Zemmour d’extrémiste de Droite !

Les oppositions aux idéologies identitaires, parfois radicales du polémiste Éric Zemmour se multiplient. Après François Bayrou qui le comparait à un ancien dictateur du zaïre (actuelle RDC), c’est au tour de Jean-François Copé, actuel maire de Meaux, de dénoncer les provocations d’Éric Zemmour qui cache de moins en moins ses intentions présidentielles.

Les oppositions aux idéologies identitaires, parfois radicales du polémiste Éric Zemmour se multiplient. Après François Bayrou qui le comparait à un ancien dictateur du zaïre (actuelle RDC), c’est au tour de Jean-François Copé, actuel maire de Meaux, de dénoncer les provocations d’Éric Zemmour qui cache de moins en moins ses intentions présidentielles.

Zemmour reprend les ressorts de l’extrême droite

À en croire les propos de l’ancien ministre Jean-François Copé, Éric Zemmour tient un discours d’extrême droite. C’est l’alerte qu’il a donnée ce lundi 27 septembre sur BFMTV en appelant la droite à « tenir bon » et à exclure toute alliance avec l’ex-éditorialiste du « Figaro ». « On est arrivé à un niveau de délire qui, dans l’indifférence intellectuelle générale », ou « l’absence d’indignation, la banalisation », commence à peser lourdement », a déploré l’ancien président de l’UMP.

Interpellé sur l’avis du président LR, l’ancien président de l’UMP, pense totalement le contraire. « Eric Zemmour utilise les ressorts de l’extrême droite (…) l’extrême droite de Charles Maurras à travers l’idée de dire ‘’c’était mieux avant’’, une antienne de l’extrême droite du XIXe siècle, et deuxièmement la théorie du grand remplacement, aujourd’hui par les musulmans nous dit M. Zemmour, mais sous Charles Maurras c’était les juifs et les Italiens », a rappelé M. Copé.

« À un moment donné, il faut qu’on réalise quand même qu’on entend avec Éric Zemmour, un discours d’extrême droite », a-t-il insisté. Sur la même lancée, le maire des Meaux est revenu sur les « excès » du polémiste, notamment son souhait d’obliger à donner des prénoms français et ses litanies qui déchargent la France de toute responsabilité dans la rafle du Vél dHiv. Des propos qui finissent par affadir Marine Le Pen, selon Jean-François Copé.

Fermer toutes les issues de droites à Zemmour

Le polémiste dont la renommée médiatique connait une ascension fulgurante actuellement en France saura-t-il convertir ses 20 ans d’expérience professionnelle en victoire éditoriale ? Une grande question que l’opinion française essaye tout de même de démêler. Nul doute sur le succès éditorial de l’historien. Cependant, il faut voir qu’il a mis sur pied une stratégie politique inquiétante.

L’idéologie d’Éric Zemmour se résume à une doctrine qui tourne en boucle. Elle suit une logique : le français contre l’étranger, la renommée du passé contre la décadence du présent ou encore le chrétien contre le musulman… une sorte de société irréconciliable où tout doit s’opposer en permanence.

Dans ce contexte, Valérie Pécresse qui compte représenter la droite à la présidentielle de 2022, estime que Zemmour, s’il finissait par se déclarer candidat, ne pourrait pas participer au congrès de LR, en décembre prochain. Lequel congrès sera consacré à la désignation du candidat de LR par ses militants, car, dit-elle « lui accepte l’idée d’un rassemblement ‘’droite-extrême droite », alors qu’ »il y a une ligne rouge intangible : nous n’acceptons pas les alliances avec l’extrême droite ».

Au tour donc du maire des Meaux, Jean-François de préciser que « Cela fait vingt ans qu’on tient bon avec Le Pen ; pourquoi est-ce que tout d’un coup on lâcherait avec Zemmour qui reprend exactement le même fil conducteur ? ».

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis